Même les intempéries sont de droite
Par Thierry Rocher , le 26 mars 2013

Thierry ROCHER renvoie la censure

A l’heure où l’on pense au printemps qui arrive et donc la fin officielle des chutes de neige, on est encore dans le souvenir des intempéries qui ont paralysée quelques départements de la moitié nord de la France. Souvenir également de l’épisode de référence de décembre 2010 qui avait permis de bénéficier des déclarations de Hortefeux et de son humour inégalable. Les personnes bloquées dans leurs voitures avaient beaucoup ri de savoir que le gouvernement maîtrisait la situation. Il faut dire que les talents d’humoriste d’Hortefeux ne sont plus à prouver. En ce mois de mars 2013, Ayrault avait aussi en mémoire cet épisode passé pour mobiliser tous les services de l’état même si les rescapés ont souvent le sentiment que pour qu’ils soient réellement efficaces, il faudrait que les prévisions soient à 3 semaines et non à 5 jours. La volonté d’agir est importante car elle permet de découvrir que la neige, ça glisse, et que, si on n’arrive pas à détourner le souffle du vent, ce dernier peut créer des congères. Au XXIème siècle, penser que la nature peut imposer sa volonté est franchement insupportable pour la plupart des gens qui paient fort cher des assurances destinées à les prémunir de tous les tracas de l’existence. Alors gouverner, c’est prévoir parait-il et c’est donc ce qu’a dû se dire l’illuminée de l’UMP, Valérie Pécresse, qui ne pardonne pas aux transports franciliens d’avoir eu quelques soucis d’acheminement.

Certains de ses amis sont d’accord pour dire que la gauche est, comme toujours, incapable de réagir et d’anticiper les problèmes. C’est vrai aussi que l’UMP n’est pas non plus toujours à la hauteur pour anticiper la bêtise, il faut dire qu’il y a une vraie concurrence féminine pour la profondeur de la pensée entre Pécresse, Dati, Morano ou Rosso-Debord. On peut malgré tout saluer , à droite, les propos raisonnables d’un Mariani ou d’un Bussereau qui, eux, ont été Ministres des Transports. Moi aussi, j’ai pesté contre les intempéries de droite quand je suis arrivé, avec difficulté, en Bretagne, mardi dernier, et que le soir, le public devant moi était clairsemé. J’en profite pour remercier les ploucs sympathiques qui ont bravé les frimas pour venir me voir. En tout cas, ces intempéries ont permis à bon nombre de ceux qui ont encore un boulot de rester chez eux. Pas possible d’aller travailler mais, côté positif, impossible également d’aller dans les Centres commerciaux dépenser du fric à crédit pour des conneries. Et l’on s’aperçoit très vite que les intempéries sont de droite et catho, avec les festivités papales ; d’ailleurs, la neige comme la fumée tant attendue au Vatican ont la même couleur. Et tous ces braves travailleurs bloqués chez eux ont pu ainsi suivre les pérégrinations des cardinaux jusqu’à l’avènement de François 1er normal.

Combien de ces travailleurs hypnotisés par le suspens de cette élection ont pris conscience de l’importance de l’Eglise, d’un nouveau pape et peut-être retrouvé le chemin vers la foi ? Et combien de ces brebis égarées se sont mises à danser, loin de leur lieu de travail quotidien, un tango, en hommage au nouveau pape argentin ? Alors, à tous ceux qui ont fait et qui feront encore preuve de courage devant la nature face à laquelle l’homme doit s’adapter et non pas l’inverse, je dirais : « Et encore bravo ! ».

par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette