Même pas morts!
Par Thierry Rocher , le 23 avril 2019

Thierry ROCHER renvoie la censure

De retour de Bretagne où j’ai eu le plaisir de jouer quelques soirs, j’ai découvert en Ile et Vilaine qu ‘un anniversaire allait être fêté dans le coin, à Plélan le Grand, le 20 avril, celui de la naissance d’Hitler. Un grand rendez-vous doit être organisé pour les nostalgiques d’Adolphe, le peintre, l’humaniste, mais aussi l’organisateur des grands travaux, et le défenseur des bons Aryens. Adolphe, un prénom injustement délaissé, depuis plusieurs décennies que les fidèles aimeraient bien voir réhabiliter, un symbole par tous les néo-nazis toujours bien vivaces en Europe (et ailleurs) et gardiens de certaines valeurs éternelles. A l’heure où j’écris ces lignes, j’ignore si ce rassemblement quelque peu décrié se teindra comme prévu mais il est intéressant de constater qu’à l’heure où les fachos colorés d’islamisme reviennent de Syrie ou tentent de revenir dans leur bercail européen , leurs pendants blondinets, yeux bleus ou vert-de-gris veulent montrer qu’ils ne sont pas morts. Certains font la différence entre les fachos islamistes et les nazis ancienne formule, pas moi, les ressorts de haine et de frustration au service du pouvoir destructif étant les mêmes. La fascination pour la mort et la sublimation de la notion de bouc-émissaire restent toujours les pistes de travail principales pour les psychiatres que les frustrés combattants n’iront jamais voir.

En ce mois d’avril, face au retour des morts-vivants, nous avons aussi le retour d’un vivant qu’on croyait mort: DSK. On ne lui demandait rien mais il a cru bon de s’exprimer au sujet du Brexit puisque six mois de rigolade viennent d’être rajouter pour s’amuser jusqu’au 31 octobre, et s’apercevoir en fin d’année que la Grande-Bretagne est vraiment une île.  DSK, le revenant mais n’est-ce qu’un fantôme de la politique? Les journalistes se croient tenus d’écouter celui qui nous a habitués à ne pas enfoncer que des portes ouvertes. Beaucoup d’électeurs qui ont la faculté de beaucoup d’électeurs, à savoir celle d’oublier le passé des hommes politiques (qu’il s’agisse de malversations financières ou de questions de virilité) ne verraient pas d’un mauvais oeil le retour du favori de 2012 dont le silence mortel prolongé pourrait permettre une résurrection inespérée. D’ailleurs, on a pu souvent constater que les miracles en politique existent et ont fait dire à plus d’un qu’on croyait au fond du trou: « Même pas mort! »

Et pour ce qui est de nos anciens présidents retraités, il est probable que certains reviennent puisqu’il y a une vie après la mort politique. La seule certitude, c’est de ne pas voir dans une prochaine course, Giscard et Chirac, même si certains nostalgiques gardent l’espoir d’un second tour de la Présidentielles entre ces deux Titans.

A part ça, quelques rendez-vous télévisuels, en direct sur Paris Première, les prochaines Revues de Presse, 29 avril et 11 mai, « La Bataille du Rire », le 6 mai.

Et en vrai sur scène « Qi Shi Tsu et moi » le 10 mai au Spotlight de Lille.

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette