Meurice, un putain de rigolo
Par Patrick Font

FONT exagère mais pas assez

Parcourant le Coq d’un œil encore endormi, manche à balai en main, je suis resté en arrêt à l’écoute de cet humoriste qui m’a, en dix secondes, permis d’éponger nos comiques de télé dont le point commun est l’embonpoint de leurs épouses. Et dont une certaine presse dit qu’ils « dénoncent les travers de notre société ». Dénoncent tout, sauf la télé, ce qui les rend nullement subversifs, mais bon. Du coup, mon autre œil s’est ouvert, et les flèches qui venaient de mon Mac m’ont réveillé comme un scout toujours prêt à fabriquer des ponts en bois sur un chemin vicinal. Mais, pendant ce temps, les aiguilles tournaient à mon horloge suisse, et j’étais encore en pyjama à onze heures ce matin du 11 novembre, au lieu d’aller défiler devant le monument aux morts de la bourgade où je réside, et dont les résidents sont morts toute l’année.

Il y a quelques années, j’ai déjeuné avec Guillaume et Anthony, mais je ne savais pas encore à qui j’avais à faire. Maintenant je sais. Et j’adresse mes compliments à France-Inter, qui ne craint pas de diffuser cette voix tonitruante, intelligente, exubérante, qui m’apporte un soleil d’enfer en ce jour gris et morose. Je n’ai pas tout écouté, pardi y’en a des tartines, mais franchement, ça m’a redonné l’envie de décrocher ma guitare pour refaire des chansonnettes rigolotes sans autre prétention que de faire rigoler mon petit public. C’est comme ça: quand un artiste te frappe aux tripes, t’as envie de faire comme lui. T’es gonflé d’enthousiasme, quitte à être son épigone pour un temps, mais qu’importe, à Cyril Hanouna je préférerai toujours Guillaume le Conquérant.

PS: AVIS A MON CHER PUBLIC

Bien que je n’aie jamais tenté l’opération, je me lance dans un truc osé: une souscription pour enregistrer un CD d’une trentaine de chansons, pour la plupart inédites. Avec la participation de Daniel Gros, Priscilla Dédelot, Vincent Chanet, Dominique Monterrat. Ceci à la demande de certains d’entre vous, à laquelle je ne saurais résister. En prime pour chaque CD: les paroles et les accords de toutes les chansons, ainsi que des aquarelles et dessins. Vaste programme et noble tâche, me direz-vous, mais, comme dit un proverbe du comté de Kléber-Colombes: « Quand on veut, on pneu ».

par Patrick Font

# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie