Modiano, écolo!
Par Christophe Sibille , le 14 octobre 2014

Christophe SIBILLE l’homme au micro

Aujourd’hui, dimanche, avant-hier, donc, pour toi, ô ma lectrice qui as le sens de l’orientation, sans quoi tu ne me lirais pas, c’est la journée de prévention des catastrophes naturelles. Alors, une question. Légitime. Légi dream team, même. Sais-tu où on a planqué Nadine Morano, et quel est le responsable ?

Non, ça, c’est une connerie. Et je suis sérieux.

Ecologiste, ça veut dire quoi ? ?

J’en sais rien !! Je peux juste tenter de vous dresser une liste de ce qui ne l’est pas. En vrac, (mon état normal du dimanche). Liste non exhaustive, évidemment. Celui qui prétend être exhaustif de nos jours est un escroc !

-La manif pour tous les homophobes, évidemment !! Croassez et multipliez, (sauf la multiplication des pains dans leur tronche), c’est la mort de la planète. Surtout que ce sont souvent les cons qui se reproduisent le plus. En plus, comme, en général, ils ont pas mal de thunes, c’est eux qui bouffent le plus de viande !

-Tous ceux qui piaillent parce qu’on restreint les avantages conférés aux familles. Explication ci-dessus.

-Les enfants, en général. C’est eux qui obligent les parents à aller bouffer chez MacDo, pour consommer de la bouffe encore plus dégueulasse que le plastoc qui l’emballe. Plastoc qui, lui, ira étouffer les dauphins, à défaut de les nourrir. Le plastique, c’est fantastique, quand on s’le met sur la bite. Une capote, ça pollue moins qu’un chiare. (Voir ci-dessus.)

-Les armes. Evidemment. Bon, en nous débarrassant d’un bon paquet de pollueurs en puissance, elles n’ont pas que du négatif, (voir ci-dessus). Mais leur bilan carbone, tant concernant leur confection que leur usage, en reste malgré tout plus que discutable.

-La bouffe. On bouffe trop de viande. Et, ô ma lectrice, rien à voir avec une pratique exagérée de délicieuses caresses de bouches à sexes, comme une étude puritaine à la con (pléonasme) américaine voudrait nous le faire croire.  Non, je l’ai déjà dit plus haut !! Si tu prenais ton temps, au lieu de vouloir que ce soit fini avant de commencer, tu l’aurais perçu ! J’espère que tu n’envisages pas les préliminaires avec une optique de même nature. Quoique ce soit plutôt une tare masculine, ça, en général.

Enfin, c’est ce que m’a dit mon milliard et demi de maîtresses.

Avant de me rencontrer.

Enfin, après m’avoir rencontré, mais avant qu’elles m’aient rencontré. Des questions ?

-Les élus verts, quand ils sont pour la corrida. Comment peut-on à la fois prétendre défendre la nature et justifier qu’on scie à vif les cornes d’un malheureux animal sauvage ? Pour qu’un abruti déguisé en travelo argenté puisse plus sereinement l’égorger devant quelques milliers de décérébrés hurleurs amputés de l’empathie. Qui viennent s’offrir ici la chance d’une demi- érection, par incapacité d’éprouver une libido un peu moins destructrice, un peu plus humaine, avec ce qui leur sert de moitié. Qui, on l’espère pour elle, pendant ce temps, l’encorne voluptueusement avec le voisin qui, lui, l’est vraiment. Ecolo.

-Les bonnets rouges. Qui feraient mieux de se bouger le cul pour créer des circuits courts, et produire de la nourriture bouffable. Qu’ils vendraient beaucoup plus cher. Il y a toujours des files d’attente impressionnante devant les échoppes des commerces de bouche qui ne se foutent pas de celles de leurs clients. Plutôt que faire chier du même coup leurs usines à porcs sur les plages, et les habitants des villages qu’ils traversent avec leurs camions puants.

-Nicolas Sarkozy. Non, vraiment, tout ce barouf, ce buzz, ces meetings, c’est vraiment pas écologique. Je m’excuse. Comme tous les spectacles de variétés. Sauf ceux de sa greluche, évidemment.

-Eric Zemmour. Chaque fois que je l’entends, je gerbe. Et, vous m’excuserez, une diarrhée verbale associé à un tel gâchis de nourriture, il y a mieux, pour économiser la planète ! A ce propos, les écolos, oui, oui, oui à la suppression des sacs plastiques ! Sauf un, pour lui enfoncer sur la tête.

La vraie écologie, c’est peut-être, avant tout, d’essayer de comprendre le monde. Pas de dégueuler dessus.

Gerber dessus, c’est énoncer une prophétie auto-réalisatrice pour qu’il s’écroule plus vite. Erice Zemmour bave très bien à la télévision les saloperies qu’il écrit avec fort peu de talent dans ses livres. Patrick Modiano, c’en est à la fois l’inverse et la contraposition. Merci, Patrick. Pour tout.

Mais finalement, tous ces cons, à bien y réfléchir, c’est bien la nature elle-même qui les a faits ! Et je dois avouer quelque chose, à leur décharge, (ni publique, ni celle qui a contribué à les engendrer, avec, on l’espère pour leurs géniteurs, un minimum de plaisir sur le chemin) : l’apprécier en retour, cette nature, ne serait-ce pas, de leur part, une très jolie preuve d’abnégation ?

Vous avez deux ans pour répondre. Le temps qu’il reste à quelques ours polaires pour aller fondre avec ce qu’il reste encore de banquise dans le pastis des océans plastifiés.

par Christophe Sibille

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette