Mort aux vieux!

par | 19 Jan 2021

Moi, je l’avoue bien humblement, j’ai pas été élevé par les loups, je ne suis pas du genre Mowgli, la vie dans la jungle c’est pas tellement ma bolée de cidre. Non, faut reconnaître, dans ma famille, c’était plutôt social-démocratie et universalisme bon teint. Forcément, ça laisse des traces, et on finit par se réveiller à 56 piges en constatant qu’on est rien qu’un humaniste bêlant, parmi tant d’autres. Ce qui est bien mais pas top. C’est pas super hype de tenir des discours de solidarité, ça sent la tisane tiède et les langues de chat molles, ça a une couleur sépia et ça porte des cols roulés en lycra orange et des pantalons à pattes d’éph’, bref, c’est vieillot et un peu ringard.

Alors que prendre des positions décalées, ne pas être « politiquement correct », dénoncer et apostropher, ça, c’est la grande classe, c’est être en avance sur son temps, c’est tenir une position unique et libératoire, bref, c’est du dernier chic Parisien. Et moi qui vous cause bimensuellement, j’aime tout ce qui est chic, c’est dans ma nature. C’est normal, je suis un petit gars bien élégant. En plus, je commence à vieillir, je ne fais plus tomber les jeunes beautés d’un simple regard de velours –enfin, de velours côtelé, tout au plus– et d’un ample mouvement de mon ondoyante chevelure, surtout que je suis à moitié chauve, maintenant. Ça devient de plus en plus difficile de rester dans le ton, de ne pas être remisé au terminus des prétentieux, voire au cimetière des éléphants, alors que j’ai une défense d’y voir. Donc, pour continuer à surfer sur la vague de la mode, il faut que je fasse comme ceux qui sont les plus stylés !

Et ce qui fait florès ces derniers temps, le comble du bon goût, c’est de ne pas être mainstream, c’est de dominer les foules du haut de sa tour d’ivoire en pissant sur des principes périmés et des idées vétustes. Tiens, pas plus tard qu’y a pas longtemps, je causais avec un de mes commerçants, une de mes commerçantes pour être précis, et voilà-t-y pas qu’elle m’explique que « Ouiiii, d’accord, c’est bien triste les vieux qui meurent du virus a ressort, tout ça, mais, hey, ils ont déjà vécu leur vie, alors, hein, faire chier tout le monde avec ça, c’est pas un peu se foutre de la gueule des gens, un peu, non, j’ai pas raison, peut-être ? ». J’avoue, j’ai commencé par protester, par râler, par renauder, mais ensuite, en lisant des dizaines de formules de ce métal sur le Oueb, la clarté du raisonnement m’a soudain frappé avec la puissance d’un Mike Tyson au mieux de sa forme.

Mais oui, c’est bien sûr ! Comment ai-je pu être aussi aveugle depuis des années. D’accord, les vieux, ce sont presque des gens comme les autres, mais il faut bien le reconnaître, ils nous pètent un peu les noix, tout de même. Tiens, ne serait-ce que dans la file d’attente d’un supermarché, et nia nia nia, que je me traîne, que je cause à la caissière, que je remplisse mon chèque, ou, pire, horreur, malheur, que je fouille mon vieux porte-monnaie pour trouver les deux pièces de vingt centimes et tant pis si je fais perdre du temps à toute cette belle jeunesse qui attend derrière moi. Et tout ça pour un paquet de coquillettes et deux boites de Shéba© pour leur saloperie de greffier ! Si c’est pas un signe, ça, c’est au moins un très gros canard.

Oui, les vieux, ça fait chier et puis c’est tout. C’est à cause d’eux qu’on nous emmerde avec ces conneries de confinement, de masques et de couvre-feu. En plus, ils sont prioritaires pour les vaccins. « C’est pour protéger les plus âgés et les plus fragiles » que nous dit le gouvernement. Mais ça fait des années qu’ils nous emmerdent, les plus âgés et les plus fragiles. D’abord, ils coûtent une blinde à la Sécu, ces gens-là. D’ailleurs, c’est pas dur, si y avait plus de vieux, plus de handicapés et plus de malades longue durée, ben, elle ferait des bénéfices, la SécSoc, j’en suis bien persuadé. Tiens, ça me donne une idée. On revient à la retraite à 60 piges, si, si, attendez, vous allez voir, donc, on revient à la retraite à 60 ans, mais seulement pendant 10 ans. Et après, quand on a plus de 70 berges, ben, on se démerde, faut se bouger dans la vie, aussi. Et pour les handicapés et les fragiles, pareil, t’as 15 piges pour t’en sortir, et sinon, dommage pour toi. 

En plus, ça va faire baisser tous les frais annexes, les sommes de malade que représentent les boites à croulants, les soins chez Mémé, les aides à la personne décatie. Sans oublier que sans les périmés, la moitié des programmes télé à la con et 100 % des soap-operas perdraient 70 % de leur audience, ce qui laisserait de la place pour de la création moderne. 

Finalement, elle est là, la solution pour le COVID, la dette, l’inflation, l’appauvrissement de la population, et même le réchauffement climatique, il faut buter tous les vieux ! Voilà, j’ai réglé plein de problèmes et je suis dans l’air du temps.

Mais je suis devenu très con.

Par Naqdimon Weil

Par Naqdimon Weil

Naqdimon Weil est rédacteur. Il est aussi chroniqueur. Il est surtout social-démocrate universaliste, laïcard et sioniste. Il est gravement quinquagénaire et profondément provincial. Et, évidemment, il est dans le Coq.
D'autres Chroniques

Twitter ou la sélection virtuelle

S'il existe de nombreuses inventions qui révolutionnèrent l'humanité telle la roue ou la pointeuse électronique, il en existe d'autres dont l'inutilité notoire n'a pu que rendre son inventeur...

Cancel Culture Absourdité

« Devons-nous réduire Beethoven à néant » ? Ce n’est pas l’interrogation d’Haydn, son maître de musique, exaspéré par l’indiscipline de son élève aux penchants révolutionnaires, mais...

J’ai le blues, brother…

Il n'est jamais trop tard pour s'amender, comme le signalait la banderole derrière les Blues Brothers pendant leur concert en prison. Et c'est donc à mon tour de prendre le chemin de Damas, d'aller...