Le mur de l’indignité 2
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

Pour prolonger les premières fondations établies la semaine dernière,  voici un deuxième volet avec quelques noms nouveaux.
Je vais rester axé sur le FN puisque, si Marine Le Pen est hors concours pour le tableau d’honneur avec ses refus successifs d’affronter les juges,  il faut mettre un coup de projecteur sur son entourage avec des personnalités influentes qui n’assument pas leur passé,  passé que les hautes instances du parti veulent cacher au peuple « en colère  » et brave par définition qui est son fond de commerce.
L’indignité gagne cet extrémisme qui demeure un complexe affiché car la démarche inverse,  honteuse dans les choix mais honnête intellectuellement,  ne serait pas porteuse pour gagner de nouveaux électeurs.
Le « Mur de l’indignité  » qui se confond avec la crapulerie se doit d’accueillir chaleureusement un Frédéric Chatillon,  déjà cité et déjà mis en examen,  le GUD dans toute son horreur qui n’a rien renié des violences passées,  mais aussi Axel Loustau,  un gros bras,  élu de la République, qui, malgré les années, ne cache pas sa prédilection pour la baston.
Le Bloc identitaire doit être mis en avant sur « Le Mur de l’indignité  » car,  s’il est rejeté officiellement par Marine Le Pen,  et le pseudo intello Philippot,  d’anciens membres de la garde rapprochée,  comme Philippe Vardon ; les Identitaires qui ont leurs lieux de rendez-vous et de réunion,  tel le bar « La Traboule  » à Lyon.

Ne pas oublier de mentionner sur le mur un personnage qui donne une image jeune du GUD,  un certain Logan Djian,  passé par la case prison,  et dont la photo où il est en compagnie de Marion Maréchal Nous Voilà a beaucoup circulé.  Un beau crâne rasé en cuir noir à l’ancienne qui doit donner envie de changer de trottoir.
Mais il faut penser à inscrire sur « Le Mur de l’indignité  » les intellectuels de service,  en particulier le fameux Renaud Camus,  né en 1946,  c’est dire s’il risque de nous polluer encore pas mal d’années.
Un mot aussi pour la librairie du Paillon à Nice dont le responsable,  Benoît Loeillet,  à été exclu du FN pour ses propos révisionnistes lors du documentaire diffusé sur C8. Avec ou sans la carte du FN,  Loeillet continuera de diffuser l’oeuvre de Faurisson et de ses potes,  avec quelques insignes nazis pour amateurs de décoration originale.  Ce genre de librairie n’est pas en voie d’extinction.
Pour faire référence au fameux reportage diffusé sur C8, le « Mur  » ne doit pas ignorer la jeunesse puisque le FN est le parti dont les membres sont les plus jeunes de France.
À ce sujet,  mettre en bonne place,  le brillant élève frontiste,  Bryan Masson,  20 ans et responsable FNJ des Alpes-Maritimes.  Les fachos distillent la peur,  en général,  mais que dire de l’angoisse générée par ces gamins de 20 ans qui survivent dans la haine au quotidien ? Des mecs pas finis bien sûr,  le seront-ils un jour ? Alors,  des jeunes mecs pas finis,  où vont-ils pour être rassurés par des idées simplistes et des interdits qui aident à canaliser la faiblesse psychologique ? Ils vont vers les deux voies les plus faciles: les fachos bleu/blanc /rouge ou les fachos islamistes.  En regardant de près,  c’est la même démarche,  même si l’habillage et les ressorts sont différents.

Plus tard, sans doute trop tard,  la bonne démarche,  la plus saine,  reste le psy pour corriger ces demeurés.
Le Mur de l’indignité s’est donc enrichi aujourd’hui d’individus aux qualités multiples. Ce mur qui va grandir..

PS: Le Mur grandit mais la pensée aussi grâce au philosophe chinois Qi Shi Tsu, « Les pensées de Qi Shi Tsu « (avec les dessins de Jepida) 15 € à commander sur la page Facebook Qi Shi Tsu.

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie