Near Deaf Experience
Par Naqdimon Weil , le 12 juin 2018

NAQDIMON fait son malin

Normalement, à mon âge fort peu avancé et malgré une rotondité ventrale assumée et cultivée, on ne risque pas trop le défunctage surprise. Alors, certes, il y a bien les 35 ans de clopes, plus de sucre dans l’hémoglobine que sur les fraises, et la capacité sportive d’un gastéropode sous Tranxène©, mais globalement d’après la Faculté, je ne vais pas trop mal. Sauf la nuit. Parce que je ne respire pas. Enfin, si, un peu, tout de même, mais pas des masses. Et qu’à la quinquagénérité atteinte, ça commence à mal s’emmancher, les 84 apnées de l’heure. Car c’est bien 84 fois par plombe que j’oublie de respirer, dont parfois plus d’une minute, et ça, c’est l’AVC et/ou l’infarct’ qui me pendent au nez. J’arrête tout de suite les abonnés à Josette54 de doctissimo.com et autres lecteurs du Larousse Médical, en arrêtant la clope et en perdant 50 livres, ça améliorerait certainement un peu les choses, mais seulement un peu. Et ne me conseillez pas de me fournir un appareil à pression positive, j’en ai un, la Rolls des bouzins du genre, désigné par Starck himself et qui me fait autant d’effet qu’un film de boules sur un godemichet en mousse…

Bref, pour clarifier les choses, mon somnologue – si, si, ça existe, c’est un toubib pour ceux qui ne dorment pas ou mal – m’a balancé chez un ORL qui m’a programmé un dégagement des amygdales – à mon âge… -, un redressement du septum nasal, un raccourcissement du voile du palais et autres joyeusetés.  Et donc, mardi 5, à 14h je suis sur le billard, à 14h02 je pionce, à 23h30, je me réveille en Réa, pas opéré et ayant tutoyé la Camarde d’un peu trop près au goût de ma famille et de mes proches, 6 plombes de coma, faut reconnaître, y a plus festif. Mais, je vous rassure tout de suite, je ne vais pas m’étendre sur le risque médical, incontournable de toute opération et sur la crétinerie humaine de mon chirurgien, c’est chiant et ceux que ça amuse pourront toujours trouver ça sur ma page FatcheBouc. Non, je veux plutôt vous parler d’un truc un peu étrange dans cette situation, c’est le sentiment diffus que j’ai d’avoir loupé un truc, genre, je suis mort et je ne suis même pas au courant, la peste soit de mon infernale distraction !

Et je me dis que des choses comme ça, ça arrive tous les jours à tous plein de gens. Moi, donc, je m’endors, en forme, je me réveille un peu plus tard, toujours en forme, même si j’ai un peu mal à la gorge et que j’ai les couilles à l’air. Et entre les deux, j’ai failli y passer, en ayant d’ailleurs les couilles à l’air, mais il n’y a pas de relation de cause à effet. Ben je crois que pour Wauquiez, c’est pareil. Il est arrivé à l’UMP en gaulliste social, il est resté à Les Républicains en cire-pompe en second et il est devenu Chef de Les Républicains en réac antisocial et méprisant, et tout ça sans même s’en rendre compte. La preuve, il met toujours un anorak rouge, alors qu’avec les idées qui puent des pieds qu’il professe actuellement, un Bombers© vert et des Doc Martens® noires aux lacets blancs lui iraient nettement mieux. C’est fou de ne pas se rendre compte à ce point ! Il devrait essayer de parler les couilles à l’air.

Notez bien, ce n’est pas le seul. Prenez le rappeur en carton Médine. Si, si, je vous assure, prenez-le et allez le faire recycler à la déchetterie locale la plus proche, il encombre. Donc, le susnommé suce-boules d’Allah est un mec qui croit qu’il est chanteur parce qu’il brame des âneries indignes d’un élève de 6b SECPA dans l’auto-tune, il pense qu’il est rebelle parce qu’il suit connement les principes imbéciles d’une religion aussi conne que les autres, il imagine qu’il est révolutionnaire parce qu’il vomit la laïcité sans même la comprendre, et tout ça en étant persuadé qu’il serait autre chose qu’une virgule de merde sur le caleçon de l’histoire de l’Art de ce pays. Hé bien, il se goure. En plus, il veut aller chante…, heu pardon, éructer sa bouillasse indigeste au Bataclan. Là où les sombres bouses manipulées par DAESH et peut-être encouragées par les chansons gerbantes de Médine sont venues assassiner de bien braves gens qui eux, se sont vus mourir. Cet étron de Médine n’a pas de cerveau, pas d’humanité, pas de conscience, mais il ne le sait pas. Et je doute qu’il ait des couilles à mettre à l’air.

« Mais c’est de l’ironie, en fait, il est subtil ! » me dit-on. Moi aussi, c’est de l’ironie, ah, ah, je plaisante subtilement, suis-je hilarant tout de même !

Mais je présente mes excuses quand même auprès des étrons à qui j’ai comparé cette merde humaine, ils pourraient légitimement se sentir vexés.

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette