Ni choix, ni choix !
Par Jépé de la Vega

Jépé de la VEGA signe à la pointe du stylo

Alors comme ça, à l’UMP, ils ne veulent ni du PS, ni du Front National… Et voilà ressorti l’éternel choix entre la peste et le choléra qui, depuis les efforts de respectabilité de Marine Le Pen et la conversion néolibérale des socialistes version Hollande… Devrait plutôt s’apparenter, pour la droite républicaine, à un choix beaucoup moins problématique entre la grippe et la gastroentérite… La famille Le Pen jouant le rôle de la gastroentérite puisque c’est quand même eux qui risquent le plus de nous faire chier ! Renvoyer dos à dos le PS et le FN dans un scrutin, c’est réussir le tour de force de leur reconnaître la même valeur démocratique tout en niant la démocratie… Représentative, s’entend…

Commençons par le moins grave, nier la démocratie représentative : Puisque, dans son immense magnanimité la démocratie représentative nous permet d’exprimer notre volonté libre et personnelle par un choix… Ne pas exercer ce choix consiste à nier la démocratie représentative… Ce qui, pour un parti comme l’UMP qui est censé s’en servir pour exercer ses prérogatives est aussi dommageable que de nier le vent pour une éolienne, le cerveau pour un philosophe ou le ballon rond pour un footballeur…

Puisque voter, c’est choisir, ne pas choisir, c’est sous entendre que le choix qui vous est offert ne vous convient pas et, au passage, légitimer ceux qui, dès le premier tour, ne se prononcent pas parce que, pour eux, le choix n’est déjà pas adéquat ! Dans ces conditions, messieurs les leaders de droite, que l’on ne vous entende plus vous lamenter du taux élevé d’abstention à chaque scrutin où le taux de participation est lamentable !

Un point me semble plus grave dans l’apparition de ce ni – ni, qui est, pour l’électeur, aussi utile que la promotion du soutien gorge avant l’apparition des nénés ! C’est de rejeter le parti socialiste dans la même poubelle que le FN en estimant que les deux sont aussi indignes d’un bulletin de vote… C’est, même s’il y aurait beaucoup à dire sur les renoncements, malhonnêtetés, compromissions, inconséquences du premier, oublier les origines xénophobes et totalitaires du second. C’est faire fi de toutes ces petites musiques aux sons au peu nasillards que l’on peut entendre dans ses différents meetings, rencontres, débats. C’est nier le nombre de dérapages, sorties de route, embardées de ses inconditionnels. C’est, même si on leur accorde le droit de rayer le qualificatif « extrême droite » qui leur colle aux rangers, omettre un peu vite les nauséeux groupuscules porteurs de haine extrême qui parasitent la branche respectable de la mouvance… Mais quand même, merde !!! Faire la différence entre un élu local FN et PS, c’est quand même plus facile que de reconnaître une libertine d’une prostituée au Carlton de Lille ! Y a pas de quoi s’adonner à la masturbation parce qu’on a peur des suites juridiques ! Un peu de courage que diable… Quand les dirigeants de l’UMP se rangent derrière le ni – ni pour ne pas exprimer clairement que le parti socialiste et le front national ce n’est pas pareil, ils font le plus mauvais choix… Un peu comme ces jeunes filles qui, voulant rester vierges pour l’élu de leur cœur au jour de leur mariage, pratiquent allègrement fellation et sodomie… Afin que… Pour le con-promis, les apparences soient sauves !

Mais le plus grave, pour la respectabilité de l’UMP, ce sont ses pensées cachées… Ne pas appeler à éliminer le Front National lors d’une élection afin de le chasser des instances républicaines, c’est surtout et avant tout lui reconnaître le droit d’y participer. Or, lui reconnaître le droit de participer à la vie républicaine c’est un premier pas vers une alliance future, probable, inéluctable, certaine… Une alliance entre les Hortefeux, Peltier, Mariani et les Philippot, Ménard, Aliot. … Mais bon, si d’autres enjeux entre en jeux, c’est autre chose et pour le coup, au risque de vous déplaire, je préfère me taire en attendant la suite…

 

par Jépé de la Vega

# [Les derniers articles de Jépé de la Vega]

La une de Charlie