Nocturnes français
Par Naqdimon Weil , le 19 avril 2016

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Finalement, il reste de l’espoir en la jeunesse.

Pour l’impartial observateur de la déchéance de la Patrie des Lumières et du pays de Jacques Lantier, chaque semaine passée sous l’impitoyable férule de la tyrannie socialo-écologiste n’est qu’un maillon de plus à la lourde chaîne de malheurs que tresse le sybarite de l’Élysée autour du cou de la Nation épuisée. Chaque décision, mal prise, chaque projet de loi, mal conçu, chaque intervention médiatique, mal pensée, chaque manœuvre diplomatique, mal calculée, bref chaque choix, prescription ou oukase ne fait qu’alourdir la charge qui pèse sur la France, la conduise au trépas et mène les Français à l’esclavage au service de la finance apatride internationalisée.

Et quand il ne s’agit pas de la désastreuse politique solférinienne regardant la place naturelle de l’Homme dans le couple ou les droits indus accordés aux invertis, aux drogués, aux fonctionnaires et autres douteux soutiens habituels du Parti Socialiste, c’est de la société civile que viennent les mauvaises nouvelles. Ici, des élus allogènes qui se posent en défenseurs de la patrie, là, une éditocrate féministe – Dieu !, que cette simple expression est terrifiante !-  remet en question la douce organisation des sociétés autour de la parole divine, fut-elle en arabe ou en hébreu, là encore, un animateur télé se prend pour un comique… Non, vraiment, il n’y a que peu de motifs de réjouissance.

Et pourtant, il se trouve qu’apparaît actuellement sur le sol national un mouvement spontané de la jeunesse qui offre des motifs d’espérance, même au plus pessimiste d’entre tous les analystes. Je veux parler ici de l’activité « Nuit Debout ». Attention, qu’on me comprenne bien, je n’ai, évidemment, pas la moindre sympathie pour ces assemblées braillardes et avinées, où de jeunes acnéiques chevelus et amateurs d’herbes illicites se prennent pour les nouveaux Périclès en occupant l’espace public devant des damoiselles éperdues et à la vêture contraire à la morale et aux Bonnes Mœurs. Mais je crois que cette opération est l’aube d’un jour nouveau pour le Pays, car elle va donner de bonnes habitudes à cette molle jeunesse pour les quelques décennies à venir. Permettez-moi de m’expliquer.

Une fois que ces boutonneux irresponsables et ces tendrons impudiques se seront débarrassés des scories de la pensée gauchisante attenante à la réflexion post-adolescente, que leur restera-t-il de cette expérience ? Les moins imaginatifs et les plus réactionnaires d’entre mes lecteurs pourraient me répondre fermement « Rien ! ». Mais je crois, pour ma part, que grâce à ces nouvelles habitudes d’activités nocturnes, il sera plus simple et plus évidents de convaincre ces minots, enfin devenus adultes, que le travail de nuit est chose possible, pour ne pas dire nécessaire, voire obligatoire. C’est donc en se souvenant de leur jeunesse que les futures forces vives de la Nation se dirigeront sans rechigner vers les boutiques, bureaux, usines et autres lieux de création de richesse, au nom de l’idéal noctambule qui leur fait actuellement prendre les places publiques pour des forums romains.

Cette belle et bonne chose permettra de relancer l’économie française,  autorisant à réformer – voire à supprimer- le poussiéreux et pesant Code du Travail et offrant la possibilité d’ouvrir enfin la France 24h/24 comme dans tout pays civilisé !

La semaine prochaine, je vous apprendrai comment choisir un exécuteur testamentaire de confiance et vous enseignerai la manière pratique de déshériter un ou plusieurs de vos enfants, en cas de conflit familial.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette