Ô président!
Par Thierry Rocher , le 1 octobre 2019

Thierry ROCHER renvoie la censure

Après avoir lu des quantités de messages d’admirateurs de tous poils qui ont déversé leurs compliments et leurs louanges à la disparition de JC (à les lire on a l’impression que c’est leur dieu !), je me suis dit qu’on n’allait pas tarder à voir arriver des gens lucides pour exprimer une pensée lucide sur un des présidents retraités dilapidateur de l’argent public.
Eh bien,  la lucidité peine à percer sous l’amas de glorifications en tous genres.  Jusqu’aux employés fictifs de la Mairie de Paris,  ce qui rappelait les bravos adressés à son ex ami, Jean Tibéri,  par les électeurs décédés du 5ème arrondissement.
Moi, je n’ai qu’une anecdote au sujet de Jacquouille qui m’a rapproché de lui, à distance en quelque sorte.
En juillet 2007, j’ai eu la chance de suivre une étape du Tour de France, en voiture entre Bourg en Bresse et le Grand Bornand. J’étais en compagnie de l’ami Pierre Douglas et, ensemble, dans le véhicule de France Soir qui avait été « habillé » pour la circonstance avec le logo du journal,  la tête de Pierre Douglas etc… Et cette voiture, Citroën C5 était celle qui avait transporté Chirac lors de son départ de l’Élysée,  quelques semaines plus tôt, avec Sarko qui faisait au revoir avec sa petite main.
Et le siège en cuir où je me suis assis, durant cette journée de montagne était celui où Jacques avait posé ses fesses. Eh bien cela peut paraître ridicule mais mes fesses étaient émues.
Certains diront que c’est comme ça qu’on découvre la valeur d’une conscience politique. Mais les trous du cul n’ont pas tous la même profondeur et j’ai gardé ce fond d’honnêteté qui m’a tenu éloigné des hautes sphères de la politique politicienne.
Je conserverai cette image qui n’en est pas une mais dont la taille est largement suffisante au regard de la place du personnage dans l’Histoire.

À part ça,  deux belles soirées au Lézard,  à Cogolin. J’en profite pour indiquer aux amis bordelais que je serai à Bordeaux (Théâtre de la Grande Poste ), les 17 et 18 octobre pour deux représentations de « Qi Shi Tsu et moi « .
À bientôt !

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette