On est foutu, on vote trop
Par Naqdimon Weil

NAQDIMON fait son malin

Tiens, par exemple, moi qui vous parle, j’aime beaucoup Souchon. Depuis « J’ai 10 ans », en 1974, où j’avais également 10 ans, et jusqu’à ses albums les plus récents, les textes joliment chantournés et la voix un peu mal placée et légèrement cassée de La Souche m’accompagnent. Et dans son répertoire de chansons plus légères, moins nostalgiques ou romantiques, il y a cette sud-américanerie rigolote « Papa mambo », avec son antienne récurrente « On est foutu, on mange trop » qui m’amuse depuis longtemps. OK, d’accord, j’y pense souvent car je me sens un peu concerné, ma forme naturelle s’approchant de plus en plus de celle de la sphère. Bref. En tout cas, j’aime beaucoup cette chanson et la formule qu’elle contient.

Mais, me diront les quelques amis qui me lisent, de quoi tu nous parles, camarade – j’ai beaucoup d’amis de Gauche, j’aime bien les amis de Gauche, ils sont aimables et généreux et ils pensent solidairement au peuple en buvant une Haute Côte de Nuit 2011 -, tu ne tiens pas une chronique de la chanson, ne pique pas le boulot de Sibille, occupe-toi donc du politique. Bande de pignoufs, leur répondrais-je, j’allais y venir, surtout à cause de la formule contenue dans la chanson du Père Alain. Car, contrairement au chanteur frisé qui l’utilise avec une fraîcheur et un humour réjouissant, l’expression « On est foutu », ou, plus exactement « la France est foutue » fait florès sur la Toile et les Rézossocios. Je lis ici ou là que si Macron, Fillon, Hamon, Mélenchon ou Le Pen, la France serait foutue, terminée, annihilée. Tiens, c’est pas dur, c’est comme quand un certain Premier Ministre nous annonçait que le pays était en faillite, on imaginait déjà les huissiers débarquant à 6 heure du mat’, faisant le décompte des biens nationaux et privés, revendant le tout à l’encan et obligeant les 56 millions de Français à déguerpir, demandant au dernier de fermer la lumière en sortant. Pas moins.

Et ça, faut reconnaître, ça fait super peur. Imaginons que Macron arrive à l’Elysée, en moins de 8 jours les chinois rachètent les plages de Normandie pour y installer des usines super-polluantes et rasent le Massif Central pour créer des centaines d’élevages intensifs de bovins, depuis qu’ils se sont convertis à la nourriture lactée. Ou avec Benoît Hamon, les Qataris vont transformer la Tour Eiffel en minaret de la plus grande mosquée du Monde pendant qu’ils revendront « Lui » aux Suédois. Oui, c’est sûr, c’est carrément flippant comme perspective. Aussi flippant qu’inepte.

Parce que là, on va être sérieux 5 minutes, pas besoin de plus.

Foutue, la France, parce qu’une majorité ferait de très mauvais choix politiques, économiques et ou diplomatiques ? Donc après que Mélenchon ait posé son cul sur le fauteuil présidentiel, on annule 1200 ans d’Histoire- je commence l’histoire de France avec le traité de Verdun -, de Culture, d’inventions et de découvertes, on balance à la poubelle des milliers d’entreprises, des millions d’artisans et d’artistes, on fout par terre le Mont Saint Michel, Versailles et le MUCEM, c’est ça l’histoire ? Ou si, par malheur, Fillon avait les clefs du char de l’état, les Français, abandonnant tout espoir, se précipiteraient aux frontières pour éviter la chute désastreuse de la Nation ? Ben non. Je vais même aller encore plus loin. Si jamais, par stupidité et par révolte adolescente mal digérée, du genre « Ben si Trucmuche n’est pas au second tour, je vote Le Pen, comme ça au moins, on aura la Révolution », le Peuple nommait l’extrême-Blonde à la magistrature suprême, la France ne serait pas foutue pour autant. Elle serait navrante, navrée, dangereuse pour les étrangers, surtout en situation irrégulière, elle abandonnerait une partie non négligeable de ses principes, tout ça, on le sait, abimée, oui, détériorée, oui, mais foutue, non, désolé, absolument pas. Il en a vu d’autre, ce vieux pays cabochard, du bien pire que la Fifille à son Papa et même une politique immonde et méprisable menée durant tout un quinquennat ne le ramènerait pas aux poubelles de l’Histoire. Bien sûr, un gouvernement FN ferait stagner la France et lui ferait certainement perdre une partie de son aura. Oui, une Présidente Le Pen serait la pire représentante imaginable de la patrie de Voltaire et d’Hugo. Évidemment qu’il faudrait les surveiller au quotidien pour empêcher les trahisons légales et constitutionnelles. Mais, et je le maintiens, même dans cette situation ubuesque, la France ne serait toujours pas foutue. Il en faut un sacré paquet de plus pour détruire le pays de Villon, de Baudelaire et de Brassens, le berceau de Molière, de Colette et de Lemaitre, l’alma-mater d’Émilie du Châtelet, de Pasteur et de Pierre-Gilles de Gennes…

Alors, les Cassandres de bac à sable et les Pythies du réseau des réseaux, vous allez être bien aimables et vous allez remballer vos prévisions funestes en peau de lapin, l’avenir n’étant déjà pas super hilarant, vos prédictions mortifères et vos auspices sépulcraux, vous pouvez les garder pour faire peur aux enfants.

Mais ça risque surtout de les faire rigoler.

 

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie