Pamela Anderson
Par Patrick Font

FONT exagère mais pas assez

Cette dame fut actrice dans « ALERTE A MALIBU », dont je n’ai jamais vu la moindre séquence, n’aimant pas les séries quelle qu’elles soient. Je la connaissais donc mal, et l’ai découverte dernièrement à l’occasion d’interviews télévisés. Belle femme, à qui je céderais volontiers mon corps, gratuitement. Cette dame parcourt le monde en fustigeant les méfaits du foie gras. Le foie gras, ça m’ a toujours un peu effrayé, à la vue des documentaires montrant ces pauvres bêtes ingérant de quoi se rendre malades, pour le plus grand plaisir des amateurs de bonne chair. Mais il m’arrivait parfois de me laisser tenter, car ma chair est faible, et ma volonté réduite face aux plaisirs de la vie.
J’y goûtais, animé cependant d’un sentiment de culpabilité, comme on consomme du poulet en les sachant torturés en batteries par de gigantesques imbéciles qu’on appelle « éleveurs ». J’y goûtais, au foie gras, mais rarement, à l’occasion des fêtes, où l’on se doit de plonger dans la tortore de luxe, c’est vrai, il est rare que pendant cette période, on m’ait proposé des radis en hors-d’œuvre. Mais à chaque bouchée, je prenais un peu plus la résolution de stopper ce genre de réjouissance buccale.
Quand Pamela est apparue sur ma télé, entourée de journalistes sympathisants qui l’auraient bien baisée debout dans l’ascenseur, quand j’ai entendu son argumentation qui faisait froid dans le dos, là, j’ai pris la ferme résolution de ne plus bouffer de foie gras. Non, voir ces oies malheureuses gonflées de produits destinés à les engraisser, voir ces cadavres sanguinolents traîner dans des enclos dont on devine la puanteur, non, plus possible de fermer les yeux en ouvrant sa gueule. Le gavage des oies, ça peut s’assimiler à l’élevage des poulets, on me dira que ça s’inscrit dans la gastronomie française, je répondrai que la gastronomie française, c’est de la merde. Tout ça peut se rapporter à la corrida, cette immonde saloperie à l’usage des crétins esthètes, qui ont placé ça dans le patrimoine artistique français, n’est-ce pas monsieur Valls, ben faut tout faire pour glaner les électeurs, hein, quitte à sanctifier ce que l’homme a inventé de plus dégueulasse. Henri de Montherlant a dit un jour: « L’espèce la plus inutile sur la planète, c’est l’homme. » Et j’ajouterai: « politique ».
J’apprends que les canards du sud-ouest seraient frappés par la grippe aviaire. C’est triste, mais si ça pouvait contaminer les consommateurs de foie gras de canard, je ne pleurerais pas.

 

par Patrick Font

 

 

# [Les derniers articles de Patrick Font]

La une de Charlie