Pas besoin d’autre héros
Par Naqdimon Weil , le 16 février 2016

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

« Les gens ne sont des héros que quand ils ne peuvent pas faire autrement. » Paul Claudel

J’ai songé à cette phrase de notre grand auteur catholique ce week-end alors que j’hébergeais mon neveu Jean-Eudes et mon filleul Louis-Adalbert dans notre vieille demeure familiale de la vallée de Chevreuse. Il était prévu que je les emmenasse tirer quelques faisans dans la forêt voisine, mais ces maigres gandins n’étaient munis que de leurs souliers de ville qu’il ne s’agissait certainement pas de crotter et, surtout, ces godelureaux me tinrent un inepte prêchi-prêcha sur d’hypothétiques droits animaliers. Notre famille ayant déjà eut à souffrir de l’infâme instauration des soi-disant « droits de l’homme », je ne voulus pas entamer un débat philosophique avec ces jeunes gommeux à peine tombés de la mamelle de leurs nourrices respectives et abandonnais l’idée cynégétique. Il me fallut donc trouver une occupation pour ces esprits obtus. Incapables de jouer correctement au whist ou au bridge, fermés à la beauté de la promenade hivernale dans la campagne libérée de ses bruyants paysans, je m’apprêtais à les renvoyer chez leurs géniteurs quand James, mon chauffeur, me recommanda de leur proposer un festival filmique. Les deux freluquets se récrièrent de bonheur. Hélas, insensibles aux charmes des productions nationales de qualité, telle La Femme du boulanger ou Volpone, cette remuante jeunesse réclama de regarder quelques productions judéo-étasuniennes de basse qualité. C’est ainsi que je dus subir les avanies de gugusses en costumes trop serrés pour qu’ils ne fussent pas des invertis et dotés de pouvoir aussi idiots qu’inutiles. Parmi eux, j’aperçus un de ces « héros »  portant une combinaison de cuir tricolore et porteur d’un bouclier frappé de l’étoile nord-américaine. D’après mes juvéniles envahisseurs, le personnage se nommerait Captain America.

À la vue de ce falot personnage, une question se posa à moi. Pourquoi nos douteux créateurs nationaux ne nous fournissent-ils pas un bon héros bien de chez nous ? Est-ce l’excès de drogue ou d’alcool qui les empêche de trouver le noble pendant français du patriotique pantin américain ? Interrogeant les deux acnéiques, je fus confirmé dans mon désarroi. Nul Capitaine France en action ou de SuperGaulois à l’horizon, notre vieille nation ne paraît pas digne de posséder son représentant dans la galerie des super-héros. J’en conçus une telle colère que je m’apprêtais à envoyer un courriel revendicatif à l’Académie Française et à la direction de l’ORTF quand, soudain, l’intuition de vérité chère à Descartes jaillit dans ma cervelle en tourment. Si la France ne possède pas un quelconque sauveur à la cape bigarrée, c’est qu’elle n’en a pas besoin ! Qu’on me comprenne bien. Je ne suis pas de ces bêlants pacifistes internationalistes socialo-écologistes qui pensent que nous sommes dénués d’ennemis. Bien au contraire. Des groupes, des bandes, des camarillas qui ne veulent que l’abaissement de la puissance nationale et la destruction de notre beau pays, nous en sommes perclus. Des complots contre le Phare des Nations, on en trouve à chaque coin de rue. Et donc, nous avons besoin d’être défendus.

Mais, me dis-je, nous le sommes. Ou, du moins, nous pouvons l’être. Car un tel héros existe. Capable de passer de convaincant tribun à écrivain de premier plan, tel un moderne Marc-Aurèle, laissant de côté sa paisible retraite pour sauver la France, comme un Cincinnatus 2.0, dominant le Monde et la classe politique de sa hauteur, nous avons notre héros. Je parle bien évidemment de Nicolas Sarkozy, trahi par les siens, vilipendé par les autres, exclu des médias apatrides pro-immigrationistes, il est là, debout, vaillant, le drapeau tricolore à la main et le regard tourné vers l’avenir. Et il ne tient qu’à la plèbe française de lui redonner le pouvoir que les solfériniens lui volèrent indûment par tricherie électorale en 2012.

En 2017, heureusement, l’homme providentiel sera de nouveau à la tête de la Nation. Et, lui, il n’aura pas besoin d’un clinquant équipement de motard pédéraste pour relever l’honneur de la France !

La semaine prochaine, nous lancerons ici un appel solennel pour sauver l’incorruptible Patrick Balkany et sa charmante épouse de l’injuste vendetta des juges rouges à leur encontre.

 

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette