Passer du carton au Carlton
Par Romain Rouanet

C’est arrivé près de chez quelqu’un

Si même les pauvres commencent à avoir des goûts de luxe, où va le monde, je te le demande ?

Mercredi 3 Mai, les bleus sont appelés en renfort pour évacuer un nuisible logé dans le Grand Hôtel, glorieux édifice aux cinq étoiles qui aguiche le tout-venant bordelaid avec ostentation en déballant son luxe pimpant en plein sur la place de la Comédie, juste pour rappeler à la populace laborieuse agglutinée dans les trams qu’elle ne fait partie que de la classe moyenne qui est obligée de prendre un crédit sur vingt ans si elle veut rouler en Merco. Le fameux nuisible, un SDF de 61 ans, avait en effet pris l’habitude depuis quatre jours de dormir et manger à l’œil dans le somptueux établissement alors qu’il porte même pas de Rolex. Le fait qu’il ait pu même passer les portes d’un tel palace sans se faire savater par le service de sécurité laisse à penser que nous avons affaire à un SDF malin, ou à une unité hôtelière amateur et peu physionomiste.

La première solution est étrange tant ça ressemble à un oxymore. Je veux dire, si les SDF étaient si malins, ils paieraient une taxe d’habitation et se bousculeraient à la pointeuse comme tout le monde plutôt que de dormir dans les rues et ne rien faire pendant la journée excepté boire, tels de vulgaires policiers municipaux. La deuxième hypothèse est aussi peu probable. Reconnaître un client potentiel d’un individu de la classe populaire et savoir encaisser les billets de 500 € avant de donner les clefs, ce sont sûrement deux compétences indispensables pour être recruté dans l’équipe d’un tel établissement. Ca, et la capacité à se transformer en paillasson, notamment parce que les gens riches aiment bien s’essuyer les Dolce & Gabbana sur d’autres êtres humains. C’est à ça que sert le room service.

On nous apprend donc que l’homme… pardon, le SDF a commandé une chambre le 29 Avril sans éveiller de soupçon. Il aurait un peu baratiné l’accueil en expliquant qu’on lui avait volé ses effets personnels et qu’il ne pouvait pas payer la suite de suite, tout en s’engageant à le faire via un virement futur. Et on lui a donné les clefs. Tout simplement. Pourquoi on se fait chier à commander un airbnb quand on part prendre la pluie à Étretat, alors qu’il suffit de prétexter un vol de carte bleue pour avoir une suite grand luxe dans un hôtel rutilant, je te le demande. Tout ça laisse quand même à penser que le sexagénaire s’était au moins bien sapé pour l’occasion sinon, tous les hôtels seraient pleins en hiver et on arrêterait de retrouver des cadavres de SDF hypothermisés sur nos cartons de téléviseur 208 pouces. Cela tend également à prouver qu’il semble difficile de distinguer un Gattaz d’un RSAiste quand ils sont habillés de la même façon. Heureusement que c’est pas pareil avec les arabes, sinon je te raconte pas comment les frontistes seraient dans la merde.

Les bleus ont donc embarqué le SDF du Grand Hôtel à celui de police parce qu’il voulait pas payer la note de 2 079 €, ce qui est tout à fait malhonnête surtout depuis que l’on sait que les clochards peuvent mettre 1 500 € de côté chaque mois, coucou Jacques. Les clochards le peuvent mais pas les politocards républicains, coucou Henri et François, ce qui tend à prouver que c’est plus difficile de boucler les fins de mois quand on rentre des salaires de neurochirurgien. En garde-à-vue, le sexagénaire a reconnu ses torts, je cite, « sans difficulté », ce qui signifie sans doute qu’il y a pas eu besoin de lui malaxer les gencives à coup de tatane pour qu’il passe aux aveux. Accusé de filouterie, l’équivalent prolétarien de l’escroquerie, il devra plaider coupable en Juin et on est en droit de se demander comment il va rembourser. Parce qu’évidemment, il va devoir rembourser. Les clochards le doivent mais pas les politocards républicains et frontistes, coucou Marine re-coucou François, ce qui tend à prouver qu’il vaut mieux faire de la politique que la manche.

Même s’il y a la même odeur ambiante, on peut au moins braquer impunément, quand on fait de la politique.

(l’info originale sur le site de Sud Ouest)

Par Romain Rouanet

# [Les derniers articles de Romain Rouanet]

La une de Charlie