Pédo papers

par | 12 Oct 2021

Une petite devinette, pour commencer; qui a dit: «le secret de la confession restera, parce que c’est un espace de confession libre»? Oui, un pâle enculé, ça, je sais, mais, finalement, y en a t-il eu autant que d’enculeurs, dans l’église catholique? Oui, le même qui a dit, dans cet entretien que j’ai regardé en gerbant: «la confession est plus forte que les lois de la République.»

Gageons qu’en entendant Moulins-Beaufort, le père Preynat et ses descendants ont dû sentir monter une demi-molle très prometteuses d’étreintes moites avec une tripotée d’enfants de choeur prostrés et en catalepsie, et là, tu peux tomber en pâmoison devant l’esprit d’à-propos qui me fait employer ce mot de «tripotée» à dessein. Je vous laisse apprécier. Même si, ici, il appert que l’expression «à dessein» tombe relativement moins bien que «tripotée», car il s’agit, dans le cas de ces cas de crimes commis sur des enfants, surtout de garçons. Je vous laisse ré-apprécier.

Un petit salut au passage au neurone, (neurone, au singulier), de tous les salopards qui en profitent pour amalgamer homosexualité et pédophilie. Et j’en profite pour lever un toast à ces crypto-participants à la manif pour tous qui minimisent les crimes de l’Eglise par le biais de cet argumentaire, (comme si un bon nettoyage au Karcher de la prêtrise n’était pas bénéfique, y compris pour eux), oui, un toast, en leur exprimant le souhait suivant: «un papa, une maman, un fils pédé.»

(Je mentionne, au passage, que l’église a toujours entretenu une joyeuse confusion entre le côté immoral d’une activité sexuelle incompatible avec le vœu de chasteté pour les hommes d’église, et l’enculage en règle d’êtres totalement livrés à la merci de ces: «mon père.»)

Un autre salut au neurone, (toujours au singulier), de ceux qui pensent, (même si le verbe «penser» me semble, ici, relativement outrancier), qu’on résoudra le problème de la pédophilie dans l’église avec le mariage des prêtres. Bah voyons, bien sûr. Être pédophile, c’est satisfaire sur des enfants des pulsions sexuelles parce qu’on ne peut pas faire ça ailleurs. Et, pendant qu’on y est, la prostitution est une activité à encourager parce qu’elle permettrait de servir de catharsis aux violeurs meurtriers de femmes… Jack l’éventreur, si tu nous écoutes, il est encore temps de venir te confesser, et de te faire absoudre par la justice des hommes, dans la foulée. Un gynocentré innocenté, ahaha!!!

Et Dutroux et Fourniret, ils étaient célibataires, pendant qu’on y est? Allos, allos, on se renseigne, avant de dire des conneries!!!

Et, enfin, un troisième salut à tous les contributeurs sur facebook tentant d’expliquer, à coups d’arguments tous aussi foireux les uns que les autres, que, «oui, bon, d’accord, il faut reconnaître qu’il y a eu des abus sexuels dans l’église, (330.000 en soixante-dix ans, excusez du peu), mais, au moins, elle fait son mea-culpa, et, finalement, on ne sait pas combien il y en a dans les autres institutions… L’éducation nationale, le sport, etc.

Je rappelle tout d’abord que la doctrine de la religion catholique est en grande partie fondée sur l’idée que la sexualité est quelque chose de sale. Sale pour tout le monde, donc, sauf pour les religieux qui sodomisent les mômes après les avoir convaincus qu’ils ne devaient pas se toucher. «Ne le fais pas, je vais te montrer comment on fait, pour te débarrasser de cette mauvaise habitude. Enlève ta culotte.» Authentique.

Et, enfin, quelques chiffres: 1,16% dans l’Église, contre 0,36% dans les colonies de vacances, 0,34% dans les écoles publiques, et 0,18% dans le sport. Même si c’est évidemment toujours trop.

Mais, pour terminer sur une note positive, bénissons, mes frères, cette prise de conscience tardive, et le rapport Sauvé … Aaaaaamen !!!

Par Christophe Sibille

Par Christophe Sibille

Christophe Sibille a enseigné la musique à de futurs instituteurs durant 32 ans. Il a aussi écrit des brèves pour plusieurs journaux satiriques ou humoristiques dont Charlie Hebdo. Dans les années 80-90, il accompagna le duo Font et Val au piano. Il anime sur Radio Balistiq l'émission "Le Balistiq café" tous les jeudi 19 heures
D'autres Chroniques
Mahomet, l’autre figure de #MeToo

Mahomet, l’autre figure de #MeToo

La connerie est impudique. Elle ne prend jamais la peine de se planquer, elle est là, bien visible, bien grasse, fière d'elle, et n'éprouve jamais le besoin de se faire discrète. Elle s'assume...

La « bromance » des Éric

Le congrès des Républicains n’a finalement rien de très excitant. Y compris pour une mordue de politique comme moi. Pauvres encartés LR ! Obligés de trancher entre des « Sarko-boys » sans stature...

Alamo 2, le retour

Je sais bien que John Wayne était un vieux réac républicain, je me dis aussi qu'en pleine période d'éveil des consciences – car je m'interdis désormais de dire wokisme, pour ne pas...