Petit précis d’inculture antisémite
Par Naqdimon Weil , le 26 février 2019

NAQDIMON fait son malin

Tiens, moi qui vous cause toutes les semaines, je n’aime pas trop parler de moi ou qu’on parle de moi. J’encaisse mal les compliments, alors je réponds par une connerie et comme je supporte peu les reproches, ben là, je raconte une autre connerie. C’est comme ça. Seulement, depuis trois semaines, l’antisémitisme occupe le devant de scène et comme je suis juif, je me sens un tantinet concerné, alors j’en parle. « Encore ? » me direz-vous. Ben oui, encore. Promis, juré, craché, la semaine prochaine, je vous expose ma vie sexuelle.

Donc, précisons un peu les choses. Juif, c’est une religion, comme le disent tous les bœufs. Effectivement. C’est même la religion du peuple juif. Hé oui, bande de caves, c’est une religion antique, qui ne s’adresse qu’au peuple dont elle est issue, comme la religion romaine, comme les religions wotaniques et les autres, c’est-à-dire des religions non-universalistes, contrairement au Christianisme ou à l’Islam. Vous avez déjà vu un rabbin venir casser les couilles de la planète entière sur Shabbat ou Casher, vous ? Ben non, ils ne font chier que les Juifs. C’est le principe, c’est même ce qui fait que les cons prennent le judaïsme pour une religion raciste. Elle n’est pas plus ou moins raciste que les autres, elle est exclusive, donc excluante pour les autres. Donc pas de facilité de conversion, au contraire. Pour bien comprendre, c’est simple, les Romains ne convertissaient pas les peuples envahis à la religion romaine, au contraire, car ça leur aurait donné la citoyenneté romaine, donc les droits du citoyen romain. Pour le judaïsme, c’est kif-kif. Alors arrêtez de me les briser en confondant les choses. Juif, c’est un peuple qui se trouve avoir une religion, le judaïsme, qu’il respecte ou pas. Les Nazis avaient très bien compris la chose, que tu sois un fervent adepte du judaïsme religieux ou un abominable mécréant, tu finissais dans le même four. C’est plus clair, comme ça ?

Ah oui, autre chose, dans la série les conneries qui me portent sur les nerfs. Les Juifs ne sont pas des sémites. Pas plus que les Arabes d’ailleurs. Il n’y a pas de Sémites, sauf à croire aux conneries mythiques de la Bible sur les enfants de Noé. Il existe effectivement des langues sémitiques, qui recouvrent l’arabe, l’amharique, l’hébreu, le tigrigna et le maltais, mais ça, c’est en termes linguistiques, pas ethnologiques. Il n’y a pas de peuple sémitique. C’est comme si on disait que tous les locuteurs des langues indo-européennes ne formaient qu’un seul et même peuple, c’est parfaitement inepte. Le terme « Antisémitisme » a été forgé par le journaliste allemand judéophobe, Wilhelm Marr « Antisemitismus », dans le sens de haine des Juifs lors de la création de la « Ligue antisémite » en 1879, afin de ne pas répéter « antijuif » trop souvent. Ca n’a pas de rapport avec les Arabes. Et la littérature antisémite – même si, parfois, rarement, elle contient des attaques contre les Arabes ou les noirs ou n’importe quelle ethnie « non-blanche » – n’est pas dirigée contre arabes, mais contre les juifs, une bonne fois pour toute.

Enfin, l’antisionisme est antisémite. Pourquoi ? Parce que, mon con, le sionisme n’est pas, comme veulent le faire croire certaines belles âmes en peau de lapin comme ces gros glands à paillettes© que sont Soral, M’bala M’Bala, Hamon ou Mélenchon, le soutien inconditionnel au gouvernement israélien quel qu’il soit. Non, c’est simplement le droit du peuple juif à disposer d’un état et d’une terre dans la région où sa présence est avérée historiquement depuis le plus longtemps. C’est dans le cadre du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Et si on soutient la création d’un état palestinien, mais qu’on exige la suppression du seul état juif, y a comme un léger problème de cohérence mentale. Alors, soit on milite contre TOUS les états, même le potentiel état palestinien, c’est possible, c’est complètement con, mais possible, soit on dénie au peuple juif un droit qu’on reconnaît à tous les autres et on est antisémite. Point. Et qu’on m’évite les religieux Juifs antisionistes qui ne sont pas antisémites. Vu comment ils voient le reste du peuple juif, surtout les laïcs, on peut en douter, mais surtout, ces bas-du-shtreimels ne sont certainement pas des exemples de la pensée démocratique moderne. Quant aux communistes juifs antisionistes, nombreux étaient d’accord avec Staline pour la création d’un état juif en URSS, dans le Birobidjan – à la frontière sino-russe, vieille terre juive s’il en est… -, donc camembert. Ah au fait, c’est Staline qui commença à utiliser « sioniste » comme insulte et comme euphémisme pour parler des Juifs.
Staline.
Choisis ton camp, camarade!

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette