Petite bafouille à l’Est Républicain
Par Anthony Casanova , le 25 juin 2013

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Nos chères têtes blondes - le Coq des Bruyères

Cher journal, brave torchon, mon canard,

En tes pages qui savent mieux que personne raconter le déroulement de la foire à la choucroute, un dénommé P. L., sans doute les initiales de « Pauvre Larve », a relayé la semaine dernière un fait divers que l’on classe au niveau national dans « viol », mais que ton « journaliste » a trouvé judicieux d’intituler « dégâts bien réels de la drague virtuelle ».

Il nous y raconte l’histoire d’une « donzelle » de 13 ans qui a croisé le chemin d’un homme de 24 ans. Il précise, et merci à lui, pour l’honneur de l’impartialité, que cette « donzelle aurait pu plus mal tomber que sur ce jeune homme bien de sa personne, doux et équilibré ». Ce jeune homme donc, qui après l’avoir dragué sur le net, et allé chez elle lorsque les parents de la fillette étaient absents. Oui, tu ne m’en voudras pas mais chez moi, à 13 ans on est une fillette, et non une donzelle. Alors le gentil jeune homme s’est montré « pressant » puis lui a signifié « lorsqu’il s’est rhabillé (…) qu’il n’y aurait pas d’autres fois ». Fin psychologue, ton journaliste nous explique que ce fut une « vraie déflagration » pour cette « adolescente innocente et fleur bleue ». Alors « perturbée, elle en a parlé à une proche qui en a parlé à sa mère qui a porté plainte ». Au final, le « jeune homme » fut condamné à 9 mois avec sursis. Et ton journaliste conclut presque mélancoliquement : « le voici désormais inscrit au FIJAIS (Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ».

Comment ne pas tirer son chapeau à un journaliste qui sait raconter un détournement de mineur, qui ressemble comme deux gouttes de fiel à un viol, avec autant de recul ? Car oui mesdames, mesdemoiselles, fillettes et enfants, si le Monsieur qui vous force la main est « bien de sa personne », sous-entendu s’il n’est pas gros et moche avec l’haleine fétide d’un gars lisant « l’Est Républicain » à haute voix, vous pouvez vous estimer HEUREUSES ! Et il faut vraiment être la dernière des garces pour parler de « viol » si le mec ressemble plus à Johnny Depp qu’à DSK ! De plus, si le jeune homme est « doux et équilibré », alors la petite pute aurait dû s’estimer honorée que sa première fois se passe sous la contrainte d’un gentleman ! Car, c’est bien connu, on ne peut être qu’un homme équilibré lorsqu’on a 24 ans et que l’on « drague » une gamine de 13 ans sur les réseaux sociaux.Est Républicain

Curieusement, beaucoup de lecteurs de « l’Est Républicain » furent émus par le ton paternaliste et condescendant du journaliste. Alors le journal a décidé, courageusement, de « gommer » de la toile la trace de l’article. Ô information numérique, que tu es pratique pour jouer le Big Brother de pacotille en effaçant les petites marques de soufre de la presse déchainée sans avoir à t’en expliquer.

Mais vous me direz, chers « Est Républicain » et « P. L. », que les gens sont devenus si « sensibles » qu’on ne peut plus dire qu’une accusation de viol c’est souvent la manière qu’à une femelle pour signifier à un beau mâle « doux et équilibré » qu’elle espérait être plus qu’un coup d’un soir.  Parce que, n’est-ce pas, il est naturel qu’un homme de 24 ans ait une furieuse envie de se vider les bourses dans une petite qui passera le brevet des collèges l’année prochaine… si elle ne redouble pas sa 4ème, évidement.

Alors oui, c’est sans doute la faute d’Internet et de la « drague virtuelle », qui à force de véhiculer l’image du prince charmant à une petite pucelle (n’étant pas journaliste je n’emploie pas de jolis mots comme « innocente ») et qui fit d’elle une pauvre midinette « fleur bleue ». Si seulement la gosse avait eu la joie de se faire sauter, bien comme il le faut, dès le CM2, nous n’en serions pas là ! Elle aurait eu des chagrins d’amour, et n’aurait pas pris la mouche pour si peu. Et ce jeune homme « bien de sa personne, doux et équilibré » n’aurait pas la mésaventure de se retrouver fiché chez les délinquants sexuels comme les vulgaires connards qui violent des petiotes alors qu’ils sont laids, violents et déséquilibrés.

« l’Est Républicain » et « P. L. » ont raison, il faut prévenir la jeunesse du danger du net : vous pouvez avoir des ennuis avec la justice si vous vous conduisez en goujat  ! Parce que vous connaissez les femmes… toutes des salopes.

par Anthony Casanova

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette