Petite bafouille à Miss Culture
Par Anthony Casanova , le 4 novembre 2014

Anthony CASANOVA est politiquement correct

Nos chères têtes blondes - le Coq des Bruyères

Ma chère Fleur Pellerin,
En vérité, à la question : « Mme la Ministre avez-vous lu « L’EX-TRA-OR-DI-NAIRE Modiano ? » Tu aurais dû répondre : « non, comme tout le monde » ! Mais ça aucun de tes « conseillers en com » n’a osé te le suggérer, trop soucieux, les cons, de t’inviter à user de la langue de bois qui va des bottes aux fesses pour flatter le moindre imbécile qui a reçu une médaille en chocolat.

Un prix Nobel, soyons sérieux, ça a son petit intérêt quand il couronne un médecin, un chimiste ou le pacifiste ayant réussi à réconcilier les Bastiais et les Niçois, mais en littérature si ce n’est pas donné à un Soljenitsyne moderne qui crève dans les geôles iraniennes, on en a rien à foutre ! Parce que le Modiano hormis être l’auteur d’une chanson pour l’indigeste Françoise Hardy, et l’inspirateur d’un somnifère sonore de Vincent Delerm, voulez-vous me dire en quoi le prix Nobel-Goncourt-Carrefour devrait le rendre incontournable ?

Mais voilà, ma chère Fleur, tu n’es entourée que de sangsues qui te disent quoi débiter à la télé, et quel tailleur mettre avec des chaussures vertes… bref, de petites larves de ministère.
Ma chère Fleur, si tu veux laisser une trace indélébile à la Culture, engage auprès de toi non pas Mr Encyclopédie mais plutôt Madame Sophie Tissier. Parce si je m’en tamponne que tu ne connaisses pas Modiano, tu ne peux ignorer Sophie Tissier l’intermittente kamikaze qui se retrouve blacklistée pour avoir osé crier famine dans l’émission « Touche pas à ma boîte à con » de Cyril Hanouna. Parce que la jeune Sophie, elle, oui ELLE, elle peut t’en causer de la Culture et de ceux qui la font !

Alors prend les œuvres complètes de Modiano et balance-les joyeusement dans la gueule de Pierre Gattaz, ensuite redonne de l’espoir et de la dignité aux intermittents du spectacle, parce que la seule chose que l’on demande à la personne qui occupe tes fonctions, ce n’est pas de savoir qui fut Jean Vilar mais d’aider à l’émergence d’une flopée de Gérard Philipe.

par Anthony Casanova

# [Les derniers articles de Anthony Casanova]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette