Porter le chapeau
Par Naqdimon Weil , le 4 novembre 2014

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

Plus rien n’a donc de valeur ?

Récemment, l’ensemble des médias bruissait de la mésaventure d’une spectatrice de l’opéra qui s’est vue sommée de quitter la salle car elle portait une burqa couvrant son corps et son visage, ce qui est contraire à la Loi que nous devons au courageux travail de Jean-François Copé. Et je comprends fort bien les motivations qui ont poussé cette grande et belle âme à agir tant il est évident que la vue de horde de femmes ainsi vêtues risque de déclencher dans les rangs de notre jeunesse déboussolée des conversions en masse à l’Islam radical.

Mais je crains que les stratèges de l’Élysée, afin de faire oublier le tragique bilan du sybarite qui nous gouverne, ne se saisissent de cette loi pour porter d’autres attaques contre la tradition nationale. Car, partant de l’interdiction de couvrir son visage, les socialo-tiermondistes pourraient pousser plus loin le raisonnement et interdire de se couvrir la tête. J’admets que la calotte israélite et le turban sikh n’ont rien à faire dans nos villes mais je dis, « Attention danger ! », connaissant le malfaisant entourage du Président de la République. Par de sombres manœuvres, je les sens parfaitement capables d’interdire aux femmes françaises de fièrement porter les coiffes traditionnelles qui font l’honneur de nos belles régions et la joie des touristes.

Avec une telle extension de cette belle loi préventive, on pourrait assister à une chasse aux sorcières contre la célèbre coiffe bigoudène que portent au quotidien celles qui honorent ce pays, de Plogastel-Saint-Germain à Treffiagat. Et, sans le glorieux nœud qui orne sa chevelure ondoyante, comment pourrait-on distinguer l’Alsacienne de la Lorraine, sa voisine ? Peut-on imaginer une Toulousaine sans son charmant bonnet de dentelle, dont aucune occitane digne de ce nom n’accepte de se départir ? Et je vois déjà arriver les amendements du groupe écologiste qui, pour lutter contre le soi-disant réchauffement climatique, voudra  interdire aux Parisiennes de porter leurs délicieux bibis, ces merveilleux accessoires qui ajoutent tant à leur charme naturel, les forçant à sortir « en cheveux », comme des femmes de mauvaise vie !

Que l’on veuille interdire le shtreimel ou le fez, oui, c’est normal, Rabbi Jacob et Abd-El-Kader n’ont pas vocation à rester en France, mais que ce gouvernement de sacripants s’attaque aux couvre-chefs du sexe faible, voilà qui serait inadmissible ! Et que l’on ne vienne pas me dire que l’on ne savait pas, quand cette loi scélérate sera sournoisement proposée à l’Assemblée.

Avant de conclure cette chronique alarmée sur l’avenir chapelier de notre Nation, je voudrais aussi souligner que si les membres de l’orchestre ont avec raison intimé l’ordre à cette mahométane de quitter l’Opéra, je les trouve bien velléitaires quant à la vêture du reste du public. Si j’en crois ce que je vois de plus en plus souvent dans les salles de concert que je fréquente, l’heure est au pantalon en toile de denim pour les hommes et à la jupette immorale pour les femmes. Cela me scandalise ! Où sont passés les fracs et les huit-reflets, les mantilles et les crinolines, ou, à tout le moins, les fourreaux de soie, quand on va écouter le Ring ? Voilà que l’on se rend au Palais Garnier comme à un quelconque bal de province ! Et là, l’orchestre et les chœurs ne trouvent rien à y redire ? Ceci est bien la marque de la décadence tragique que connaît notre Patrie…

La semaine prochaine, je vous informerai de la possibilité que les fonds souverains allogènes prennent possession de notre Camembert normand moulé à la louche et des façons de s’opposer à ce sinistre avenir.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette