Les questions de la rentrée
Par Thierry Rocher , le 4 septembre 2018

Thierry ROCHER renvoie la censure

Après un été riche en événements joyeux, tristes ou pathétiques, des questions fondamentales subsistent. Certaines contiennent les réponses, d’autres nécessitent une réflexion poussée. Je vous livre le fruit des interrogations estivales et je pense qu’elles resteront d’actualité au changement de saison. Jamais loin, le célèbre philosophe chinois Qi Shi Tsu m’a aidé à y voir clair.

Après une première victoire américaine contre Monsanto, et le coup de projecteur sur les victimes, dans de nombreux pays, en Argentine en particulier et dans plusieurs états européens, une question anodine: Quelle est la différence entre Daech et Monsanto? Réponse évidente: les victimes de Daesh souffrent moins longtemps.

Avec la grogne qui monte, pourquoi dire que tous les retraités sont en colère contre la baisse du pouvoir d’achat alors que certains, parmi les plus célèbres (Giscard, Chirac, Sarkozy, Hollande) ne se plaignent jamais?

Une histoire d’amour qui se termine laisse toujours des séquelles et l’avenir professionnel d’Alexandre Benalla inquiète la France profonde. A juste titre, on peut s’interroger: qui, de Carrefour, Auchan, Leclerc ou Intermarché l’engagera comme vigile ? Mais aussi: Alexandre ne choisira-t-il pas plutôt d’être videur en boite de nuit en acceptant la proposition du « Macumba » ?

Le monde civilisé toujours surpris de voir Trump encore président des Etats-Unis. Jusqu’où peut aller un président américain dans la vulgarité et l’incompétence sans choquer la majorité de la population? Qi Shi Tsu se rappelle que De Gaulle avait traité les français de veaux. Que dire des Américains?

Avec un matraquage publicitaire quotidien insupportable, comment se fait-il qu’aucun téléspectateur n’ait pensé à faire sauter le siège social de « Comme j’aime »?

Après la démission du ministère d’opérette, Nicolas Hulot va-t-il enfin prendre le temps d’analyser les composants des produits Ushuaïa? Car afin de lutter efficacement pour l’écologie, il convient de bien connaitre ce qui pollue.

Macron impopulaire avec un sondage à 34% avant la mise en place des vraies mesures suicidaires. Combien de temps va-t-il mettre pour battre le record d’impopularité de François Hollande ?

Dans la tempête médiatique, malgré les superbes paravents formés par Koehler, Benalla, Nyssen, Hulot, combien de députés En Marche iront au charbon pour illuminer la République irréprochable de Manu? Et combien seront-ils à retrouver leur dignité ou à préférer conserver leur mandat?

Et comment ne pas évoquer le vol pour Air France avec la rémunération du nouveau PDG canadien, Ben Smith qui devra prendre des coups et faire rire les employés qui réclament une augmentation de 6% alors que sa paye a été multipliée par trois ? Certains disent que parler de vol pour Air France, c’est normal et ils ont raison.

A part ça, heureusement que la rentrée nous apporte quelques certitudes, en particulier sur le terrain du spectacle puisque la première de ma nouvelle pièce approche; « Changer de vie » que je vais jouer avec Laure Dehorter et Thaïs Herbreteau (qui assure la mise en scène), les 11 et 25 septembre à Paris (VIème) au Théâtre de Nesle. De quoi rire avec Albéric qui aide ceux qui veulent modifier le cours de leur existence, secondé par Virginie, fidèle secrétaire, et Bianca, personnage haut en couleurs.

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette