Les questions de la semaine
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

Différents faits dans l’actualité ont généré des questions qui sautent aux oreilles. Mon ami philosophe chinois Qi Shi Tsu a voulu m’aider à y répondre mais sans succès.

J’ai tenté de suivre les discours fleuves de deux « faux ennemis » du paysage politique français, Macron 1er et Mélenchon 2ème. Un dénominateur commun: l’amour des mots et le plaisir de s’entendre, avec toujours la sensation que le fond peut être débordé par la beauté de la forme. Rebondir sur l’émotion pour faire oublier le raisonnement; c’est tout un art, surtout quand on réussit à rendre inaperçue la manipulation.  En tout cas, en absorbant, sans forcément les digérer, les monologues de l’un et de l’autre, la question qui est venue à l’esprit de Qi Shi Tsu et de moi-même, c’est: est-ce que les discours fleuves servent les grandes idées ou finissent-ils par noyer la pensée approximative ?

Le quotidien s’alimentant de ses contradictions, pour attirer ou repousser les fidèles, le sport, un peu comme chaque semaine, a donné encore son alibi sociétal. Il a montré, une nouvelle fois, qu’il est la seule soupape sociale efficace. Le PSG, encore et toujours et le tennis avec la victoire française en coupe Davis, capable de réunir les pauvres, les riches et les exilés fiscaux. C’est rassurant, cette union nationale qu’on ne voit, habituellement, qu’après la catastrophe d’un attentat sanglant. Et la question demeure: pour les frustrés du quotidien, le sport est-il la seule carotte qui rend l’existence aimable?

Sur un autre plan, j’ai été ébranlé par l’annonce de François Fillon d’arrêter la politique, et venant de lui, ça n’a pas de prix. Et comme après la décision identique de Christine Boutin,  l’interrogation persiste: Mettre fin à une carrière politique est-elle un signe de bonne santé morale? En tout cas, le sujet est-il, dans cette perspective, en voie de guérison?

Sur le terrain politique, il y a eu d’autres soubresauts, avec, en particulier, le constat de la perte d’influence du Front National. Et on se demande: que sont devenus les sympathisants ? Se sont-ils autodétruits? Et ce n’est pas le petit Florian et son groupuscule « Les Patriotes » qui peuvent apporter un début de réponse.

Mais comment ne pas aller sur le terrain métaphysique, avec le fameux Black Friday? Et cette langoureuse naïveté qui me poursuit au point d’arriver à cette question: les consommateurs vont-ils devenir responsables, intelligents ou continuer à marcher dans la mode, du pied gauche, parce que ça porte bonheur ?

Et pour finir, puisqu’on en a beaucoup parlé, un mot sur les femmes et cette interrogation: Finalement, le féminisme enferme-t-il les machos dans leur connerie?

A part ça, le livre « Les pensées de Qi Shi Tsu » est toujours disponible; les lecteurs intéressés peuvent aller faire un tour sur la page Facebook de Qi Shi Tsu (en plus, en ce moment, offre spéciale Noël avec livre + dvd).

Et pour ceux qui veulent défendre le spectacle vivant, deux spectacles en alternance (puisque « La vie de Léo Tracy », c’est terminé pour l’instant!)  pour la fin d’année, au Théâtre Darius Milhaud (Paris XIX) « A boire et à manger » (3 et 10 décembre) et « Qi Shi Tsu et moi » (2/9/16/23/30 décembre)

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie