Rajeunir me rassure
Par Thierry Rocher , le 7 mai 2019

Thierry ROCHER renvoie la censure

Oui rajeunir me rassure quand je vois tous ceux qui vieillissent. C’est comme un cri du cœur le jour où je change de décennie. Un passage bien symbolique qui n’a pas de réalité impérieuse mais un repère, comme un clignotant qui interpelle. J’observe de plus en plus les jeunes qui sont vieux et qui programment leur vie au lieu de la vivre. Est-ce l’époque qui veut ça? Une lucidité qui aurait pris la place de l’insouciance source de tous les mots en même temps que de toutes les folies créatrices? Le convenu et le conformisme ne disent plus leur nom mais s’affichent, en baissant a tête, à l’image de ceux qui tentent de créer une fraternité dans des cortèges revendicatifs. La jeunesse s’insinue souvent là où on ne l’attend pas. La vieillesse latente tisse sa toile, parfois, dès le collège, pour habituer les jeunes adultes à la mort, dès leur arrivée dans la vie active ou face à un conseiller Pôle Emploi qui, sans l’affirmer, vous veut du bien. Et que dire de ces jeunes actifs qui s’inquiètent de l’âge de la retraite dès leur premier contrat de travail? Est-ce le signe d’un amour de la vie masqué ou d’une vieillesse qui a déjà marqué son emprise? Alors, pour être sincère, quand on est conscient du temps qui passe, on ne peut que jouer à être le plus fort, avec ses petits bras et son humour capable de repousser toutes les attaques extérieures, le plus fort pour croire qu’avec les années passées, on arrive à maitriser sa jeunesse et les envies qui vont avec. Une forme de sagesse dîtes-vous? Oui on peut dire ça même si celle-ci n’appartient pas plus aux trentenaires qu’aux octogénaires. L’expérience n’a qu’une portée relative sur l’avenir du commun des mortels.

Alors avec le bel âge qui est le mien, quels points positifs me demandez-vous? Eh bien au niveau de la santé, les jeunes ne peuvent connaitre les joies d’une coloscopie, par exemple, les traitements au quotidien du cholestérol ou de la tension artérielle. Une part de ce bonheur médical vient avec les années, c’est ainsi. C’est un atout non négligeable qui permet d’obtenir le respect de la part des gamins qui n’ont pas connu ces grands moments.

Je m’en tiendrai aux bonnes résolutions qui doivent alimenter la vie tant qu’on a la vue suffisante pour la regarder en face, les bonnes résolutions de ne pas vieillir trop vite, et de comprendre que la jeunesse a plusieurs phases au cours de l’existence.

Longue jeunesse à tous !

Rendez-vous au Spotlight de Lille, vendredi 10 mai à 19h30 pour « Qi Shi Tsu et moi »

Par Thierry Rocher

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette