Requiem à la Française
Par Naqdimon Weil , le 28 avril 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by BabouseLe recul ne permet pas toujours d’avancer !

Chaque semaine, afin de soutenir dans leur affliction mes malheureux concitoyens victimes de la dictature solférinienne et des attaques des médias aux ordres du potentat corrézien, je tente d’apporter un regard lucide mais toutefois positif sur la situation de la Nation. Contrairement à d’aucuns caricaturistes gauchistes, comme le dénommé Ranson, qui plonge à chaque fois plus profondément dans l’abjection athéiste et le rire gras marxisant, je me fais un devoir de redonner espoir aux pauvres Français qui voient s’éteindre la lumière de notre pays dans le concert des nations. Je considère qu’il est de mon devoir de souligner, ô, fort légèrement, les heurts et cahots que subissent les héritiers de Vercingétorix, venant tant de l’intérieur que de l’étranger, mais qui n’atteignent jamais vraiment l’âme profonde de notre vieille et belle terre. Souvent, j’ai appelé de mes vœux au départ du sybarite de l’Élysée, tout en sachant raisonnablement que, même si par malheur, celui-ci devait rester pour l’ensemble de son tragique quinquennat, la France finirait par réémerger du tas de gravats que cet Attila de pacotille laisserait derrière lui.

Mais là, hélas, je crains, malgré mon indéniable optimisme, devoir constater que le pas ultime a été franchi. Je vous le dis tout net, chers amis, le dernier clou du cercueil de la France vient d’être enfoncé ce weekend et il devient dorénavant difficile, pour ne pas dire impossible, à un honnête patriote de mon espèce de se réclamer encore de notre vieille et belle patrie. Je pensais que tout avait été fait pour mettre à bas l’honneur et la fierté nationale au cours des trois dernières années, j’imaginais que le caprice hollandiste de nommer un inverti comme ambassadeur auprès du Saint Siège était le dernier soufflet lancé au visage de Marianne, Fille Aînée de l’Église par les socialo-écologistes fous. Oui, rien de ce qui est pire ne nous ayant été épargné sous cette lamentable administration, le chemin de la reconquête de notre dignité nationale me paraissait alors rude mais pas totalement inaccessible.

Mais cela, c’était avant d’entendre les informations de ce dimanche. Alors que la France profitait d’un repos bien mérité et que les Français trouvaient un peu de réconfort culturel auprès de Michel Drucker, la nouvelle, glaçante et cauchemardesque, tombait sur tous les téléscripteurs des salles de rédactions. Une équipe féminine de football française venait de se qualifier pour la finale de la Ligue des Champions. Oui, vous l’avez bien lu, des femmes françaises venaient de s’imposer face à une équipe de sportives allogènes. Et pas n’importe lesquelles ! Des footballeuses – Dieu ! que ce terme est laid ! – allemandes avaient été battues par des joueuses hexagonales. D’aucuns s’étonneront de ma colère et de mon désespoir face à cette nouvelle, somme toute, plutôt réjouissante pour tout amateur de sport. Mais ceux qui soutiendraient cette thèse seraient tout à la fois de grands naïfs et de fort mauvais Français ! Quoi, des Françaises, symbole universel de la grâce,de la beauté et de l’élégance, en train de trottiner en short, suant et soufflant, sur une pelouse synthétique ? Les filles de Coco Chanel et de Liliane Bettencourt se dandinant derrière un ballon rond en poussant des cris gutturaux ? Les voilà qui abandonnent, insoucieuses de leur rang, les salons de thé et les défilés de mode, les voici qui oublient leurs devoirs maternels et ménagers aux noms de Jules Rimet et de Raymond Kopa ? C’en est donc bien fini du chic et de la distinction à la française, sous le regard lubrique et satisfait du Président de la République.

Face à ce gouffre de désillusion, je n’ai hélas plus d’espoir et vais de ce pas demander la nationalité monégasque, car je ne puis continuer plus longtemps à cautionner une telle décadence.

La semaine prochaine, je vous apprendrai comment il est possible de faire porter le poids de l’ISF sur votre belle-famille tout en conservant l’usufruit de vos biens.

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette