La retraite d’un Président
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

espe-434-1Après l’annonce de François Hollande, bon nombre de questions sont venues à l’esprit pour la suite non pas de notre vie politique mais de sa vie. J’entends d’ici ceux qui me disent: « Mais sa vie personnelle, on s’en fout ». Eh bien non, je ne m’en fous pas puisque dans quelques mois, François Hollande va redevenir un être humain et que mes impôts vont lui permettre de vivre. Un président normal ne l’est jamais vraiment, mais est-ce qu’un président à la retraite peut être un citoyen « normal » avec les préoccupations de millions de gens de son âge ? En fait, beaucoup d’interrogations existentielles m’interpellent sur des êtres qui vivent dans un autre monde, comme un président de la République qui ressemble étrangement à un monarque coupé de la réalité.

Le citoyen normal! Comment retrouver certains réflexes quand on n’a pas un esprit rongé par l’appât du gain, l’argent, et l’artifice comme Sarko? Et si le goût des choses simples était un luxe qu’il fallait réapprendre en lien avec un entourage qui corresponde? Est-on armé pour faire la différence entre les courtisans et les amis?
Retrouve-t-on la lucidité d’être apprécié par des gens qui n’attendent rien?
Comment effacer la soumission de l’interlocuteur qui tarde à comprendre que le pouvoir s’éloigne de vous?
La sincérité humaine à retrouver doit-elle faire l’objet d’un nouvel apprentissage ?
Le fait de ne plus avoir de décisions importantes à prendre crée-t-il un malaise difficile à guérir?
Est-ce que l’envie de se débarrasser d’une image dépassée vient-elle naturellement ou se voit-on poursuivi par son propre fantôme?
Est-on conscient de la fin d’une ascension ou du début d’une fin de responsabilité rassurante ?
Est-ce qu’un agenda allégé génère nécessairement une période de déprime ?
Le pouvoir de séduction sans le pouvoir politique montre-t-il rapidement ses limites?
Peut-on laisser libre cours à de vieilles envies et dans le lot les plus folles: jouer au théâtre, tourner dans un film porno, ouvrir une discothèque en faisant le DJ ? Enfin, un être humain qui souhaite vivre dans l’anonymat sans mettre à mal une fonction qu’il n’a plus à respecter au quotidien ?
Un président à la retraite va-t-il garder ses petits-enfants en jouant à quatre pattes avec eux?
Un président à la retraite va-t-il faire attention à ce que sa cravate soit droite car il n’a plus l’obligation d’en mettre?

Toutes ces questions me turlupinent… en profondeur.
Et je me trouve plutôt heureux de ma condition, d’être resté dans un monde de terriens, avec la certitude de ne pouvoir le changer, même si, à force de déléguer la responsabilité aux autres, on n’en maîtrise plus les conséquences.
En tout cas, mon Fanfan (le Tulipe de) Hollande, contraint ou pas, tu as été digne; la dignité, cette posture qu’on aimerait reconnaître comme dénominateur commun des gens «normaux».

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie