Sans eux, le déluge

par | 14 Sep 2021

Dans quelques mois, en avril 2022, il va y avoir (roulement de tambour) les élections présidentielles! Pour les médias, c’est un peu l’équivalent d’une coupe du monde de foot sauf que, cette fois-ci, ce n’est pas L’Équipe et France Football qui vont être sur le coup mais Libé, Le Figaro, Le Parisien, Le Monde, Charlie etc.
A droite, à gauche et aux alentours, quelques noms circulent déjà: on parle d’untel, on évoque unetelle, on plébiscite ceux qui croient être plébiscités, et les abstentionnistes ont déjà prévu l’imprévu qui les empêchera de se rendre aux urnes; bref, la campagne électorale fait sa rentrée et nous avec.

Avant d’en arriver aux sempiternels sarcasmes, prises de bec, railleries, et autres joyeusetés passionnées, prenons un peu de recul pour rendre un hommage appuyé à la véritable star des élections: le nombril.
Sans lui, et son complexe de supériorité, nous aborderions la démocratie en ayant, pour tout adage, la jolie maxime de Georges Wolinski: «il faudrait donner le pouvoir à ceux qui n’en veulent pas». Mais non, le nombril, faut compter sur lui. Il est là, en embuscade, prêt à péter plus haut que son bide avec l’ineffable certitude que LA solution c’est «moi je, moi je, moi je, moi je ou encore moi je».

Monde d’avant, monde d’après, monde alternatif, le propriétaire du nombril sait qu’il est l’Agence tout risque de la société, une sorte de «dernière chance au dernier moment». Comment ne pas avoir, en écoutant les discours de Mélenchon et Montebourg, une pensée émue pour ce petit bout de peau qui n’oublie jamais de ne pas se prendre pour de la merde?

Jean-Luc et Arnaud, deux styles, deux ambiances, deux écoles, et un fichu égo à vous faire passer le Ça pour du Moi quand le surmoi est en vacances. Mélenchon la petite victime d’un complot judéo-capitaliste qui le cantonne à la quatrième place des présidentielles depuis 10 ans; et Montebourg dont l’indispensabilité notoire le propulse en troisième homme de la primaire de la gauche citoyenne et vertueuse depuis une décennie alors que ses idées sont, selon ses dires, «le centre de gravité du pays». Rien de moins, rien de plus: la sobriété du nombril en action. Inutile de préciser que ces deux succes story made in sauciflard s’apprêtent à faire trembler la France.

Que personne ne s’étonne si demain, dès l’aube, à l’heure de la sieste, des millions de milliers de centaines de dizaines d’ardents soutiens des deux hommes continuent la joute verbale jusque dans les friperies! Col Mao et marinière is the new black, qu’on se le dise.
La Ve République est en solde, profitez-en!

Par Anthony Casanova

Par Anthony Casanova

Anthony Casanova est le directeur de publication et le rédacteur en chef du journal satirique Le Coq des Bruyères.
D'autres Chroniques
Mahomet, l’autre figure de #MeToo

Mahomet, l’autre figure de #MeToo

La connerie est impudique. Elle ne prend jamais la peine de se planquer, elle est là, bien visible, bien grasse, fière d'elle, et n'éprouve jamais le besoin de se faire discrète. Elle s'assume...

La « bromance » des Éric

Le congrès des Républicains n’a finalement rien de très excitant. Y compris pour une mordue de politique comme moi. Pauvres encartés LR ! Obligés de trancher entre des « Sarko-boys » sans stature...

Alamo 2, le retour

Je sais bien que John Wayne était un vieux réac républicain, je me dis aussi qu'en pleine période d'éveil des consciences – car je m'interdis désormais de dire wokisme, pour ne pas...