Sarko président mais ça, c’était avant
Par Thierry Rocher , le 21 octobre 2014

Thierry ROCHER renvoie la censure

Je ne me lasse jamais de voir les partisans de l’agité de Neuilly le défendre et justifier tous ces actes délictuels. C’est devenu un véritable amusement. Au début, comme tout le monde, j’étais agacé par les démonstrations alambiquées des Geoffroy Didier, Nadine Morano ou Guillaume Peltier qui nous expliquaient, sans sourire, pourquoi la notion d’honnêteté du commun des mortels ou des électeurs de la France mise bien profond, cette notion n’avait rien à voir avec l’interprétation que pouvait en faire le monarque Nicolas 1er. Émettre un soupçon à son égard était déjà un parti pris  qui rappelait les complots staliniens ou les procédés de la STASI que le petit Nicolas a eu la grandeur d’âme d’évoquer à une époque.

Donc, après avoir été agacé, voire réellement énervé par ce comportement, je suis maintenant amusé de voir quelles énormités ils vont être capables de sortir, enivrés par une mauvaise foi sans limites. Et quand les politiques de profession se taisent, le job est assuré par des anonymes du trottoir qui donnent une image encore plus pitoyable puisque ces sympathisants le font gratuitement.

L’outrance devient comique et l’escalade dans le ridicule est inévitable. Ces gens-là ne doivent pas avoir d’enfants car généralement la progéniture redonne de la clairvoyance. Et on le sait, la lucidité, comme le talent, saute une génération. Les mômes viendraient les « recadrer » et ils finiraient par être outrés par leur aveuglement.

Il va sans doute falloir concocter un bon argumentaire de défense pour contrer les nouvelles affaires qui éclatent. Voilà maintenant qu’on ressort une histoire de corruption avec le Kazakhstan , avec la signature de contrats de 45 hélicoptères et 295 locomotives. Sincèrement, c’st pas gentil ! Que va penser Carla de son mari ? Va-t-elle finir par croire qu’elle a épousé un escroc ?

Déjà qu’il ne connaissait pas Bygmalion, comment voulez-vous qu’il soit au courant de ventes d’engins de transport, et d’argent douteux, tout ça parce que l’acheteur avait payé en liquide, vu qu’il avait oublié son chéquier. En plus, si ça se trouve, le petit Sarko connait même pas le Kazakhstan et sait pas où le situer sur la carte. Pour ceux qui en doutaient, on a maintenant la certitude : l’amour est aveugle. Quand on aime Sarko, on est aveuglé. Comme dirait Nadine M. : « Le sucer oui, et tout avaler, oui bien sûr ! »

Quand l’amende pour le dépassement des frais de campagne a été réglée par l’UMP et non par le candidat, c’est aussi, encore et toujours une question d’amour.

Le militant qui l’aime paye pour lui sans compter car l’UMP véhicule la plus noble des valeurs sarkozystes : « Tout ce qui est à toi est à moi et tout ce qui est à moi m’appartient ! »

En attendant de savoir si le petit Nicolas est repris de justesse ou non, je garde l’œil rivé sur toutes les agences de presse pour connaitre la teneur de la prochaine affaire. De toute façon, si ça tarde un peu, pour se divertir, il y aura toujours les déboires de ses amis Balkany dont l’avenir politique (si la justice suit son cours normal) devrait être bientôt derrière eux.

Par Thierry Rocher

Mon actualité :  toujours sur scène à Paris  (presque tous les soirs) au Grenier et au Don Camilo.

Prochaine Revue de Presse de Paris Première : lundi 27 octobre en direct du Théâtre Daunou.

Et toujours en librairie : « Abécédaire à l’usage des militants politiques et de leurs enfants » Editions PHR (illustrations de Babouse et préface de Bernard Mabille)

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette