Un SDF aux Bahamas
Par Romain Rouanet , le 19 décembre 2017

C’est arrivé près de chez quelqu’un

À première vue et en faisant fi de l’odeur parce qu’il est allergique au savon, le SDF ressemble à un être humain normal, éventuellement un saltimbanque si on prend en compte sa propension à voler dans les poubelles des autres dans l’unique but de satisfaire de bas instincts tels que la survie. Quand on y regarde de plus près et en se bouchant franchement le nez, on peut toutefois émettre des doutes : le SDF ne contracte aucun crédit à la banque, il ne s’extasie que très rarement devant les gesticulations trichrosomiques de la bande à Baba et il se refuse à alimenter un Instagram de photos clichées pour exposer au tout-venant anonyme une existence remplie de vide, voire de superficiel pour les plus nantis. Le SDF n’existe aux yeux du monde que de Novembre à Janvier pour faire des Unes émouvantes sur le réchauffement climatique et rassurer le français moyen en lui montrant qu’il y a pire que lui sans avoir besoin d’aller filmer les enfants éthiopiens. Éventuellement, le SDF est un instrument de la rhétorique nationaliste pour justifier qu’on laisse crever les réfugiés syriens en dehors de nos frontières. À part ça et en temps normal, tout le monde s’en branle et il gâche même carrément le paysage quand on le croise dans la rue au moment d’aller acheter l’iPhone X pour le Noël de son neveu.

Le 8 Décembre dernier, un SDF de « type européen », c’est-à-dire qu’il ressemble pas à un arabe, a fait parler de lui alors qu’il est même pas mort de froid. On croit rêver. Ce vendredi-là, à l’heure où le parisien chante l’arrivée du weekend dans les embouteillages, notre SDF cherche un os à ronger dans les poubelles de Roissy-Charles de Gaule, terminal 2F, et tombe nez à nez sur une porte ouverte. N’écoutant que son mercantilisme fureteur, il pénètre à l’intérieur sans même demander la permission et découvre plus de 300 000 € en petites coupures, qu’il s’empresse de fourrer dans deux sacs avant de prendre la tangente tel un vulgaire Spaggiari de gouttière, sous l’œil bienveillant des caméras de répression. Il abandonne même son fidèle compagnon, une valise vide qu’il trimbale pour se fondre dans la masse des voyageurs, ce qui tend à prouver une forme d’intelligence primitive à l’instar de l’ectoplasme qui se fond dans la masse des veaux en arborant des Stan Smith, un carpe diem sous la clavicule et un goût prononcé pour les films de Dolan.

Constatant le vol, la police lance donc une chasse à l’homm… une chasse au SDF. Avec le dédain méprisant de celui qui croit savoir mieux que tout le monde, on ne peut s’empêcher de fustiger le comportement idiot de ce braqueur au cul bordé de nouilles : s’il avait fait un peu de politique ou simplement pris connaissance de la liste des paradis fiscaux comme n’importe quel PDG, il aurait pas eu besoin de se la jouer fugitif. Si ça, c’est pas une preuve de la supériorité de nos élites, j’y comprends plus rien.

À l’heure où j’écris ses lignes, notre nouveau riche court toujours. N’ayant laissé aucun numéro de téléphone pour pouvoir le joindre en cas de problème, la police se contente donc des bandes d’enregistrement pour pouvoir le confondre. On peut être rassuré sur un point : s’il se fait gauler d’ici les beaux jours, il pourra au moins dormir et manger chaud à l’hôtel de police, voire passer l’hiver sans perdre un membre à cause des engelures.

En tout cas, monsieur, sachez que la France des derniers de cordées, de ceux qui ne sont rien et qui attendent que ça ruisselle, cette France-là est avec vous. S’il vous plaît, soyez malin. Rasez-vous de frais et changez de paysage, ne faites confiance à aucun être qui se tient sur les pattes arrières et en attendant, veuillez passer un joyeux Noël.

N’empêche, si les SDF commencent à se balader avec le salaire annuel d’un neurochirurgien alors que nos députés sont contraints de bouffer des pâtes pour pouvoir finir le mois, rappelant au passage les heures les plus sombres de l’estudiantisme, où va le monde, je te le demande ?

(l’info originale sur le site du Parisien)

Par Romain Rouanet

# [Les derniers articles de Romain Rouanet]

DCL - Déssinez créez liberté