Sous le signe de l’investiture
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

A l’heure de l’investiture du nouveau président de la république, je me rends compte que je vis dans un quartier de Paris particulièrement investi. Petite parenthèse: en regardant l’arrivée de Macron à l’Elysée et les images solennelles qui vont avec, je n’ai pu m’empêcher de penser à ce cas de figure si Mélenchon avait gagné. Ce Mélenchon bientôt marseillais si hostile au folklore du monarque aurait-il refuser les obligations de cette journée? Se serait-il opposé à ce qu’une large majorité de Français adore? Enfin, la politique-fiction n’est pas nécessaire. Je disais donc que mon XVème arrondissement résidentiel est investi dans tous les angles pour le pire ou le meilleur. Si je passe tous les jours devant le siège des Républicains et la série de psychodrames qui marque ce lieu, je n’oublie pas que l’UDI, rue des Volontaires, abrite les discussions enflammées du centre mou. Et que dire de la rue de l’Abbé Groult qui a abrité le quartier général du nouveau président? Ah quel arrondissement de rebelles ! Heureusement que ce XVème regarde aussi dans une autre direction, et en particulier une direction artistique emblématique. J’ai découvert, ce week-end, un lieu superbe que la musique vient d’investir, le Bal Blomet (33 rue Blomet). Cette appellation ne résonne pas encore dans les esprits car le nom originel n’a pas été repris: « le Bal Nègre »; ce fameux « Bal Nègre », célèbre cabaret dansant antillais et club de jazz crée en 1924 qui a marqué les années trente et qui vient de renaître de ses cendres. Très belle salle avec un restaurant. Une grande soirée où j’ai pu découvrir un trio formidable «Pierre de Bethmann trio » (piano, batterie, contrebasse). Investiture suppose investissement, et c’est le cas, à grande échelle, pour ce lieu de spectacle qui va aussi accueillir des artistes en résidence. On peut donc investir un quartier de différentes façons. J’avoue que la musique manquait un peu autour de tous les rassemblements politiques pas toujours rock’n roll !

La philosophie chinoise avait, depuis un certain temps, investi le XVème avec le célèbre Qi Shi Tsu dont les préceptes sont traduits par mes soins.

Alors, en parlant d’investir, je laisse les lecteurs du Coq le faire pour obtenir le livre de référence « Les pensées de Qi Shi Tsu » (avec des dessins de Jépida), en allant sur la page Facebook Qi Shi Tsu. Sans doute que certains de ces futurs lecteurs se laisseront séduire par les deux tee-shirts Qi Shi Tsu, la tenue appropriée pour aller voter les 11 et 18 juin.

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie