Soixante-neuf pour cent
Par Christophe Sibille , le 13 novembre 2018

Christophe SIBILLE et sa lectrice

Ô lectrice, je viens de lire, (comme quoi, malgré les deux premiers mots de cette chronique, cette prérogative ne t’est pas exclusivement réservée), je viens donc de lire, sur un de «mes» non exclusifs non plus réseaux sociaux, qu’une pétition avait été initiée. Rien de bien exceptionnel, tu me diras… Et donc, au risque de m’attirer les foudres de Frédéric Beigbeder, j’ai gâché trois lignes. J’en signe beaucoup, d’ailleurs. Oui, des lignes. Et des pétitions, aussi. Celle-ci, alors?

Hében non! «140 artistes européens appellent au boycott du concours de l’Eurovision en Israël en 2019; voici leurs noms.» Suit une liste dans laquelle je n’ai reconnu quasiment personne, à tel point que je me suis dit: «de deux choses l’une: soit le monde des artistes m’est totalement imperméable, soit le métier d’artiste est étranger à la plupart de ces braves gens, au moins à la hauteur de leur certitude d’en faire partie.» Je te laisse choisir.

Enfin, je tempère; je ne connaissais quasiment aucun des artistes ETRANGERS présents dans cette liste. A l’exception d’Aki Kurismaki, ce qui m’a bien peiné. Et de Ken Loach et Roger Waters, ce qui ne m’a guère surpris. Le génie du bon agencement des images ou des sons est visiblement parfaitement apte à s’accommoder au mieux du statisme de celui des neurones. Concernant les artistes français ayant signé, (que je ne nommerai pas, tu n’as qu’à chercher, mince, je ne vais pas te mâcher le job non plus), il s’agit majoritairement de noms de la chanson française engagée. (Et rappelons que, si la chanson dégagée n’est pas obligatoirement de droite, la chanson engagée, elle, se situe obligatoirement à gauche… C’est, comment dire, statutaire.)

Mais bordel, les mecs, (et quand je dis: «les mecs», c’est unisexe. Les filles, car il y en a dans la liste, ne venez pas me traiter de macho, hein, ça me casse les ovaires), c’est quoi, votre problème, exactement? Vous chiez dans votre froc à l’idée que ne pas prendre aveuglément fait et cause pour les présumés opprimés, (qui le sont vraiment, mais surtout par les nervis qu’ils ont élus), vous fasse paraître moins: «de gauche»? Donc, vous soutenez les nervis! Et cela sous prétexte que certaines composantes de la politique des dirigeants du pays que ces mêmes nervis voudraient vitrifier ne vous agrée pas totalement? Mais vous êtes trop cons pour réaliser que la plupart de ce qui vous déplaît dans cette politique, c’est justement un garde-fou contre la vitrification?

Et depuis quand essentialiser un pays et une population entiers en les associant aux travers de ses dirigeants serait: «être de gauche»? Est-ce que je vais aller revolveriser mon voisin, pourtant américain, sous prétexte qu’il y a un «macdo» à trois cent mètres de chez moi? On va d’ailleurs bien au-delà … Comment des gens comme Rémo Gary, Tardi, Michèle Bernard, et Francesca Solleville, entre autres, (même si, pour certains, l’autorité de leur message n’a peut-être plus tout à fait la même portée aujourd’hui), ne sont ils pas capables de concevoir que ce type d’action peut renforcer les: «mort aux Juifs» dans les manifestations de soutien aux Palestiniens? Et les: «mort aux Juifs» tout court? Et les saccages de cimetières juifs? Comment peut-on prétendre savoir un peu écrire, (ou dessiner), sans savoir lire? «les actes antisémites ont augmenté en France de 69% depuis début 2018… Quoi, ma lectrice, qu’est-ce qui te fait rire? Ah, ouais, d’accord… 69%… Franchement, tu es une vraie gamine! Tu viendras me voir sous mon bureau après la récré…

Bref… Ils croient quoi, ces récipiendaires de la chanson gauchiste française de qualité? Que l’antisémitisme, ce sont toujours ceux qui relisent pour la troisième fois l’œuvre complète de Maurras (de la main gauche)? Des nostalgiques du troisième Reich qui se réunissent dans des brasseries enfumées, et en ressortent quelques heures après imbibés à mort, pour casser du youtre et du bolcho? Non, mes chers amis, (même si vos cachetons ont un peu baissé ces dernière décennies). Bon, et même si, d’accord, il en reste quelques-uns. Mais ce n’est pas ça, l’antisémite d’aujourd’hui. Bien qu’il soit quand-même historiquement, par la fesse du grand mufti Al Husseini, descendant des nazislamistes des années 40 au moyen-orient, faut pas l’oublier non plus. Mais ceci, ô mes chers aligneurs de couplets souvent aussi chiants que bien branlés, pour ne pas l’oublier, faudrait peut-être, «a minima», le savoir. Au lieu de continuer à s’arc-bouter sur l’illusion que les abrutis ne sont qu’à l’extrême-droite de l’échiquier politique.

Ô ma lectrice, crois-tu que nos «artistes» vont initier une pétition contre le toilettage de la loi de 1905?

par Christophe Sibille

sibille-by-rodho

# [Les derniers articles de Christophe Sibille]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette