Soumission accomplie
Par Guillaume Meurice

Guillaume MEURICE défraye sa chronique

L’histoire se passe en France en 1830. Suite à diverses avancées technologiques, l’industrie de l’imprimerie se mécanise. Des systèmes automatisés remplacent peu à peu l’homme, le soulageant face à la pénibilité des tâches. Un progrès sans précédent pourtant vécu comme une trahison par des milliers d’ouvriers. Face à la décision de leur patron de les licencier en lieu et place de partager avec eux les profits de l’innovation, ils prirent la décision de démanteler ce nouvel outil. Plutôt que de démanteler leur patron.

Aujourd’hui, c’est à Florange, à Gandrange et à Aulnay-Sous-Bois qu’on manifeste pour garder le droit de continuer à faire les trois-huit pour trois fois rien. Jadis, c’était des mineurs qui se battaient contre la fermeture des puits de malheur dans lesquels ils échangeaient leur misère contre un peu de survie. La fierté ouvrière comme seul étendard, ils cheminent sous l’œil condescendant de ceux qui, sur les marchés, vendent paisiblement les fruits de leur labeur.

« Soyez résolus de ne plus servir et vous voilà libre » invectivait le jeune Étienne de la Boétie dans son Discours sur la servitude volontaire. En d’autres termes, cessez de réclamer des années supplémentaires d’asservissement, de soumission, de domination. Bref, ne demandez plus de travail. Exigez directement de l’argent !

Cet argent qui vous est dû pour avoir contribué à pérenniser, à faire croitre la notoriété et la valeur de votre entreprise. Cet argent qui vous est confisqué par quelques actionnaires dont le seul talent est d’avoir compris comment vous manipuler. Réclamez le et fuyez loin de ces mouroirs abrutissants, aliénants et concentrationnaires. Loin de vos bien nommées boîtes.

Depuis quelques décennies, le progrès social coïncide avec des semaines de travail de plus en plus courtes. D’importantes luttes syndicales ont permis de ne plus considérer l’être humain comme un simple outil de production mais davantage comme un individu muni du besoin naturel et nécessaire de profiter de sa vie au lieu de la sacrifier. Encore faudrait-il partager équitablement les ressources dans un pays comme la France qui n’a jamais été aussi riche de toute son Histoire. Donc, réformer en profondeur pour un partage plus équitable. Répartir sur de bonnes bases.

En attendant, des milliers d’êtres humains continuent de se tuer ainsi à la tâche. Et ne seront malheureusement jamais en mesure de profiter pleinement d’une retraite dont l’âge légal se rapproche de plus en plus de l’âge létal.

par Guillaume Meurice

# [Les derniers articles de Guillaume Meurice]

La une de Charlie