Syrie: à part se lamenter, on fait quoi?
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

Passé le stade de l’émotion bien légitime devant les morts et les massacres, je m’interroge toujours sur les raisons des actes de barbarie et surtout comment les faire cesser, à défaut d’employer les mêmes méthodes que les criminels. Alep est un drame, un drame supplémentaire dans cette longue tragédie syrienne. Le dictateur Bachar El Assad qui était en bout de course pour rester au pouvoir à Damas a vu, comme du pain béni, la lutte contre Daesh. Enfin, une bonne raison pour que des acteurs militaires musclés de l’extérieur viennent l’aider à éliminer cette opposition qui a eu l’outrecuidance de demander de la démocratie et le droit d’exister. Des rebelles qu’il est plus facile d’assimiler à l’Etat Islamique pour faire comprendre à Poutine qui a la subtilité stratégique d’un marteau-piqueur d’intervenir pour montrer au monde entier que la Russie redevient déterminante dans la marche du monde. La Russie qui met allègrement son véto aux décisions de l’ONU parce que …ben parce que La Russie vous emmerde voilà! Et surtout que la marque de fabrique de Poutine c’est de montrer ses muscles. Et pour bien montrer à sa population qui a un gros besoin de reconnaissance internationale, on intitule dans le processus syrien,  Le Centre russe pour la réconciliation entre les partis. Il n’y aurait pas des morts en quantité que ça serait drôle dans la propagande.

Les Iraniens, autre grande terre de démocratie, défend aussi Bachar El Assad, pas trop regardants non plus sur les endroits où s’écrasent les bombes en Syrie. Et pourtant, on nous dit que l’Iran a désormais un chef modéré, le barbu Hassan Rohani.

Alors, après avoir constaté que l’Europe est, une nouvelle fois, honteuse dans sa lâcheté et son incapacité à agir, on se dit que face au dictateur Poutine/El Assad, étant donné que l’on ne va pas envoyer à la boucherie nos propres soldats pour combattre l’armée russo-irano-syrienne, il faudrait agir avec un vrai courage politique. Poutine et les oligarques mafieux du pouvoir en place ont beaucoup d’avoirs et de biens en Europe occidentales. Alors, pourquoi, comme certains l’ont demandé ces derniers jours, n’attaque-t-on pas au portefeuille ces justiciers non légitimes ? Poutine ne comprend que les rapports de force. Bloquer l’argent, il n’y a que ça qui peut faire bouger les lignes et c’est quand même plus humain que de prendre en otage les mafieux russes qui viennent à Courchevel ou sur la Côte d’Azur !

En attendant, c’est Noël, et il est possible de récompenser le pouvoir russe en France qui devrait faire passer le message à qui de droit. Un petit cadeau, selon l’imagination de chacun, destiné à l’Ambassade de Russie, 40/50, boulevard Lannes 75016 Paris, le nom de l’ambassadeur est Alexandre Orlov. Je veux donner son nom car un tel porteur d’humanisme du pouvoir poutinien doit sortir de l’anonymat, et même récompense pour l’ambassadeur iranien, Ali Ahani; l ‘Ambassade de l’Iran se trouvant au 4 avenue d’Iéna Paris XVI.

Je suis un idéaliste bien sûr, car je crois en la justice, dans un état comme au niveau international même si  la justice n’est que rarement le moteur dans le règlement des conflits. Mais je préfère rester un idéaliste, avec une certaine idée de la dignité pour avancer que la certitude de m’aveugler dans l’indignité.

Le dictateur Bachar El Assad finira par tomber, comme tant d’autres criminels de son engeance mais si l’on pouvait épargner des wagons de morts pour arriver à l’issue inéluctable, on donnerait l’impression d’avoir un peu maîtriser la barbarie qui fait bander les faibles.

Ah pour Noël, une bonne buche (non pâtissière) dans la gueule de certains ! …Un petit plaisir simple et pas cher !

Joyeux Noël aux autres !

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie