Tirer le portrait
Par Naqdimon Weil

NAQDIMON fait son malin

Bon, ben voilà, plus que 4 semaines et on sera au premier tour. Déjà que la campagne électorale 2017 sentait un tantinet sous les bras, là, je sens bien qu’elle se mettre à puer sévèrement du bec, à refouler grave du goulot. Faut reconnaître que ça commençait fort, avec un candidat de Droite, Fillon, pour  ne pas le nommer, père-la-rigueur et moraliste hautain pris les deux pieds et les deux mains dans le pot de confiture. Et comme si ça ne suffisait pas, le gugusse se sent obligé d’inventer des complots contre lui, pour expliquer ses ennuis divers et avariés et faire croire qu’il n’est responsable de rien. Vous avez déjà vu un môme de 12 ans qui ne veut pas assumer qu’il a foutu par terre le vase de Mémé Hélène ? Ben pareil, le déni, le complot, l’excuse à deux centimes de Franc démonétisé. Mais si c’est excusable à 12 piges, acceptable à 16, irritant à 20, c’est carrément navrant à 62 ans. Et je vous passe les mensonges, approximations, analyses bidon et autres propos mal-t-à-propos du candidat de la Droite pour couvrir son manque abyssal de courage politique.

Notez, pour rester dans « les grands partis de gouvernement nianiania », j’en ai autant pour Hamon. Le mec, il gagne la Primaire, il court au cul de Mélenchon pour un accord, tord son propre projet pour qu’il convienne au 1% des écologistes verts de Jadot et voilà. Puis ensuite, il se plaint que les socialistes l’abandonnent et désertent en masse vers Macron – j’y reviendrai – les vilains méchants pourris pas beaux qui s’étaient engagés à la soutenir. Certes, certes, certes. Mais au fait, Candidat Benoit, tu n’as pas passé 3 ans à chier dans les bottes d’un gouvernement et d’un président grâce auquel tu as été élu ? C’est pas pareil ? Ah d’accord. Pourquoi, on ne sait pas, mais bon, c’est comme ça. Alors, autre chose, l’aile droite du PS, les sales sociaux-traîtres – comme moi – t’en as fait quoi, au fait ? Tu as infléchi un poil ton programme au nom de 42% des amis du PS qui n’avaient pas voté pour toi ? Non, rien, que dalle ? Roooohhhh, c’est bête ça, de prendre les gens de haut, de penser qu’on possède la vérité et de se rendre compte que ça ne marche pas…

Tiens, Mélenchon, tant qu’on en cause ! Rien à dire c’est le meilleur. Enfin, en tant que tribun. Parce que pour ce qui est d’être crédible politiquement, là, y a du taf. Entre toutes ses déclarations, je ne sais plus si on sort de l’Euro mais pas de l’Europe ou le contraire, et si on s’allie avec Poutine pour faire la guerre à l’OTAN qui est la machine de guerre nord-t-américaine qui a envahi la Crimée et saisi l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. Non ? Je m’a gouré ? Bon alors c’est sûrement Hollande et le PS qui financent la rébellion armée dans l’est de  l’Ukraine, ce pays fasciste. Mais pas notre ami Poutine, pas lui, c’est un mec bien, regardez, il est pote avec l’Iran et le Hezbollah, et il règle le problème syrien. À ce niveau de génie géopolitique, à part Méluche, je ne vois que Daffy Duck… Pour le reste, il rasera gratis demain, en ayant réquisitionné tous les barbiers. Dommage pour les hipsters.

« Ah, d’accord, tu vas voter Macron ! C’est pour ça que tu flingues les autres ! » Ben oui, tenant une chronique parmi mes amis de la Vraie Gauche avec des Vrais Morceau de Marx Dedans, je vais quand même voter pour l’autre ébloui. Par passion ? Ah non, certainement pas ! Ce type possède l’ossature idéologique d’un ver à soie yogi, économiquement, il s’apparente plus à Giscard et Picsou qu’à Mendès-France, il a l’expérience politique d’un bulot et le charisme d’une tranche de veau froid. Mais il ressemble vaguement à un homme politique du centre gauche, et c’est le moins tragiquement éloigné de ce que je veux pour mon pays. Alors, je vais voter pour lui, dès le premier tour, en espérant qu’il empêchera Fillon de rejoindre l’extrême-Blonde au second tour.

Parce qu’elle, hélas, tout le monde sait qu’elle y sera.
(Pas la place de parler des six autres. Pas envie non plus, d’ailleurs!)

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie