Tous vaincus !
Par Jépé de la Vega

Jépé de la VEGA signe à la pointe du stylo

Alors comme ça, aux Départementales il paraît que le PS a sauvé les meubles pour permettre à l’UMP de ranger ses casseroles ? Pas étonnant alors que les poubelles débordent de votes FN… Manuel, Nicolas et Marine sont contents, ils ont tous l’impression d’avoir gagné un bout du gâteau. Les seuls qui ont perdus, ce sont ceux à qui ils vont laisser les miettes : Les électeurs de gauche qui, pendant que Valls se réjouit de la deuxième place du FN, s’aperçoivent que l’UMP est en tête. Les électeurs du FN qui, pendant que Le Pen se réjouit d’avoir battu son record, se disent qu’ils auraient pu être en tête. Et les électeurs de droite qui, bien qu’arrivée en tête, ne savent pas à qui il faut attribuer cette victoire… De nouveau, les élections, qui sont censées éclaircir la situation… Ne font qu’embrumer un peu plus le paysage comme un nuage de pollution qui après la mise en place de la circulation alternée, à force d’impair laisse tout le monde à côté de la plaque ! Pourquoi ? Parce qu’à chaque fois, les électeurs se trompent d’enjeux ! La démocratie c’est un « jeu de lois » et eux, ils jouent au Loto !

Regardons : C’est parce que la gauche fait une politique économique de droite que les gens de droite, qui ont voté à gauche après avoir constaté que la politique économique de droite ne fonctionnait pas, vont voter pour le Front National qui annonce, sans y croire, qu’il va faire une politique économique d’extrême gauche. Et dimanche prochain, les gens d’extrême gauche vont voter pour la gauche, qui va continuer à faire une politique économique de droite, afin de faire barrage à l’extrême droite, qui pourtant annonce, toujours sans y croire, qu’elle va faire une politique économique d’extrême gauche ! Je vous l’avais dit que ce n’était pas clair… Et encore ça, c’est parce qu’il s’agissait d’une élection locale. Lors des élections Présidentielles, rappelons qu’en 2012, des gens de droite déçu par le candidat de droite pour lequel ils avaient voté en 2007 ont voté pour le candidat de gauche… Et qu’en 2017 des gens de gauche vont voter pour le candidat de droite parce qu’ils sont déçus par le candidat de gauche pour lequel ils ont voté en 2012 !

En fait, les électeurs doivent se décider pour une politique… C’est à dire une manière de gérer les affaires communes, les lois de la cité, la mise en place de solidarités, les options d’un vivre ensemble, les manières de dessiner une forme d’avenir, l’éducation de leurs vieux ou la fin de vie de leurs enfants… Et réciproquement… Et eux, ils ne font qu’entériner des options économiques façonnées par des financiers en choisissant des tronches charismatiques façonnées par des communicants !

La vie démocratique qui a été mise en place par le capitalisme et qui lui convient admirablement bien, c’est d’envoyer les gens faire leur marché pour qu’ils puissent choisir d’acheter de la viande ou du poisson pendant qu’on leur prépare les pâtes à l’eau qu’ils vont de toute façon être obligés d’avaler de gré ou de force ! Bon, allez, je vous l’accorde : Quand on choisit la gauche et ses réformes emblématiques, (« de l’abolition de la peine de mort jusqu’au mariage pour tous »), on rajoute aux nouilles une pincée de sel et c’est plus agréable au palais. Quand on choisit la droite, (« avec ses manies sécuritaires et ses rigidités sociales »), on leur rajoute une pincée de poivre et ça pique un peu les fesses ! Mais l’important, c’est que la viande et le poisson choisis n’arrivent jamais dans les assiettes !

La véritable arnaque c’est que, sans avoir consulté le peuple, on prend, en amont des décisions économique et qu’ensuite, on lui fait voter, à la marge, pour différentes options politiques qui conviennent toutes à ces décisions !

Il me paraîtrait préférable d’agir directement dans la vie de la cité afin de décider, en amont, de ce que dont nous avons besoin, et de voter, à la marge, pour différentes options économiques qui conviendraient toutes à ces décisions !

 

par Jépé de la Vega

# [Les derniers articles de Jépé de la Vega]

La une de Charlie