Trump, just a little bit
Par Thierry Rocher

Thierry ROCHER renvoie la censure

Au moment où le président de carnaval est toujours en place et en rajoute chaque jour dans le pathétique et le ridicule, je voulais rendre hommage à sa vision des femmes

Un petit clin d’œil au Nouvel An chinois. C’est l’année du Coq, je vais donc pouvoir vous parler de Donald Trump. Trump et  les femmes.

Malgré toutes les manifestations contre Donald 1er, de femmes échevelées, en effet la plupart n’étaient ni coiffées, ni maquillées, donc ces sauvageonnes qui manifestent dans les rues, au risque de voir s’accumuler chez elle la poussière à cause du ménage bâclé ou la montagne de repassage de la semaine qui ne va pas se faire tout seul, eh bien malgré cela, l’expert que je suis peut le dire: les femmes, les vraies, aiment profondément Donald Trump.
Au fond d’elles-mêmes, elles ont compris le discours féministe de Donald qui disait: « la beauté, l’élégance, que ce soit une femme, un immeuble ou une oeuvre d’art vont bien au-delà de l’esthétique pure. » Et d’ailleurs, toutes ces pensées vont dans le même sens, dans le sens d’une poésie profonde et pénétrante.
Rappelez-vous ces propos savoureux: «  Je suis irrésistiblement attiré par les femmes. Je commence par les embrasser, tout de suite, comme un aimant. Je les embrasse, je n’attends même pas. Quand t’es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire, les attraper par la chatte, tout faire. » Vous voyez, Trump n’est pas seulement un intellectuel, mais aussi un manuel puisqu’il sait se servir de ses mains.

D’ailleurs, beaucoup de femmes de son entourage le disent: le sens moral l’habite profondément. Comme quand il avait affirmé: « Si Ivanna n’était pas ma fille, je sortirais peut-être avec elle. » Eh oui, sa morale va jusque dans son slip.
Je me souviens quand, voulant soulager les contraintes professionnelles des femmes, il disait: « C’est une très mauvaise idée de faire travailler votre épouse. » Mais bien sûr, car comme chacun le sait, le malheur vient de ce que trop de femmes ne demandent plus l’autorisation de travailler à leur époux, certaines, même, vont voter, sans demander à leur mari quel bulletin mettre dans l’urne.

Eh oui, quand on est une femme, comment ne pas être séduite par ce faciès orange qui clignote quand la nuit tombe avant de passer au rouge.
Et la fameuse sex-tape tournée à Moscou, toute l’engeance féminine rêve de la voir. Attention, on ne sait pas ce que Poutine a à voir avec ce film. Est-ce qu’il est réalisateur, producteur, distributeur? Mais en Russie, Trump fait un carton, avec les femmes; on le surnomme le canonnier de la Volga.

Les femmes ont besoin de rêver. Beaucoup de gonzesses en ont assez de la finesse d’esprit, de la culture, du romantisme, elles veulent du gras, du lourd, oui du gras double, du vulgaire friqué, oui du vulgaire friqué qui rote son Champagne en pétant dans son caleçon en soie, ce qui n’a rien à voir avec roter sa Kronembourg en pétant dans son slip Emmaüs. Même les femmes intellectuelles pensent que Trump est un visionnaire , Marine Le Pen par exemple, qui est, comme lui, une vraie blonde.
J’évoquais le slip, une jolie phrase de Donald: « Ce qu’écrivent les médias n’a aucune importance, tant que vous avez un beau cul. »
Et comment ne pas être d’accord avec Dodo, au sujet de l’avortement. Sa phrase historique: « Il doit y avoir des punitions pour les femmes qui avortent. » Il a raison, si sa mère avait avorté, l’humanité aurait été privée d’un président génial. Quelle punition ! De toutes façons, on n’imagine pas pouvoir ligaturer les trompes.

Alors, mesdames, en rêvant à la Saint-Valentin, quoi de mieux pour les fantasmes les plus fous qu’un corps sculpté qui abrite un expert en psychologie féminine.
Certains parlent de ceux qui ont une femme dans chaque port, quand Trump arrive, c’est un porc dans chaque femme.
Pour bien montrer la valeur de la femme aux yeux de Donal Trump, un tableau pour comparer avec Obama (nombre de femmes dans l’entourage par rapport à la fortune: Obama: 1 femme/2 filles pour 7 millions de dollars   Trump: 3 femmes/2 filles pour 3,7 milliards… si on divise…)

Mon ami, le célèbre philosophe chinois Qi Shi Tsu qui n’a toujours pas été contacté par Trump me demandait : une grosse cravate séduit-elle les têtes de noeud?  Pas su quoi répondre, tout comme à sa dernière question: Au sujet de Trump à la Maison Blanche, quel sens donner aux Américaines qui lui disent: « Just a little bit ».

PS: Pour les lecteurs du Coq qui aiment la philosophie et l’humour, le livre «Les pensées de Qi Shi Tsu» est disponible. Il suffit d’aller sur la page Facebook de Qi Shi Tsu et de m’adresser un message privé pour le commander !
la page Facebook Qi Shi Tsu.

Par Thierry Rocher

Rocher by Peji

# [Les derniers articles de Thierry Rocher]

La une de Charlie