Un bien sombre but
Par Naqdimon Weil , le 15 décembre 2015

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Mr Naqdimon by Babouse

« D’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. » Beaumarchais, « Le barbier de Séville, II-8 »

Donc, voilà qu’enfin sont passées ces délétères élections régionales, celles qui auraient dû voir la reconquête du Pays par celui que le Peuple attend et qui se sont révélées moins victorieuses que prévues, grâce à l’alliance objective entre le pusillanime sybarite de l’Élysée et la blonde héritière de Montretout. Je n’ai que fort peu de sympathie pour le Front National, car ce parti, outre son refus de reconnaître la prépondérance des Républicains sur l’électorat national, est dirigé par une femme et propose un inverti aux votes des Français normaux, ce qui rend impossible à tout citoyen raisonnable la prise au sérieux de celui-ci. Même si je reconnais que le mouvement de Madame Le Pen amène des idées intéressantes, telles que la suppression des aides aux associations qui poussent les femelles à se rouler dans le stupre et la luxure, la création de fonds de soutien aux cultures très locales afin de contrer l’influence allogène et sémitique dans l’art et la présence de satanistes dans la musique de danse de jeunes ou le retour aux valeurs de nos ancêtres, je ne peux en conscience le soutenir. Et c’est sur ce parti que le rastaquouère de Matignon a ourdi, en toute discrétion, la sombre manipulation des bons Français pour barrer la route au retour du Bien et de la Morale dans nos régions.

Pour tenter de s’opposer à l’hydre socialiste, secrètement défendue par la blonde députée européenne, le meilleur de nous tous, Nicolas Sarkozy a dû faire feu de tous bois, nommant par exemple une femme en tête de liste à Paris, afin d’attirer les suffrages de ceux qui aiment les jolies choses fragiles. Mais pouvait-il lutter, alors que le parti Solférinien avait organisé une si terrible machination ? Car, qu’on ne s’y trompe pas, si le PS a retiré ses listes dans deux régions et appelé à voter LR dans le Grand Est, ce n’était évidemment pas pour soutenir la courageuse politique de la Droite, c’était pour pousser ses séides et ses affidés à voter en catimini pour les représentants des héritières de Jean-Marie Le Pen. Ce qui démontre bien la tortueuse manière de faire de ces gens !

Malgré toutes ces avanies, Les Républicains ont reconquis la moitié de l’Hexagone à la force de leur conviction et par la puissance de leur Verbe. Et c’est admirable de réussite et de dévouement, contrairement à ces coquins socialistes qui se sont contentés de promettre prébendes et petits arrangements pour sauver leur Titanic politique. Et donc, suite à cette éclatante demi-victoire politique incontestable, l’ancien Président de la République s’est rendu au Stade de France pour y assister à la virile rossée 5 à 1 que le PSG de son ami Nasser El-Khelaïfi a infligé à l’OL du gauchiste Jean-Michel Aulas. Après avoir pris le temps de donner une analyse claire et pleine de bon sens à toutes les chaînes de tous les médias français, faisant encore une fois le don de sa grandiose pensée au Peuple en attente.

Et voilà qu’une camarilla de journaleux gauchisants vient lui reprocher sur le ton de l’ironie de s’être rendu à ce match. C’est encore la main avide de l’Élysée qui s’agite dans la culotte souillée de la presse nationale ! Car c’est bien de polémique d’arrière-salle dont il s’agit ici, du débat de corps de garde. En effet, pourquoi reprocher à celui qui sauvera la France du déclin de faire comme tout le monde et de quitter les antennes dès que les résultats sont connus ? Mis à part quelques vieillards bavochants et une poignée d’étudiants en Droit, qui regarde les soirée électorales ? Personne ! Ou, du moins, personne n’ayant un minimum de vie cérébrale, ce qui est, évidemment, le cas de Nicolas Sarkozy. Mais les calomniateurs en seront pour leurs frais, car le peuple sait bien qu’un bon match de football vaut largement toutes les analyses politiques du monde. Et du Monde.

La semaine prochaine, nous étudierons la possibilité d’envoyer les anciens conseillers régionaux socialistes au bagne de Cayenne pour un séminaire de découverte de la vie guyanaise.

 

par Mr Naqdimon

Nota bene : Chers lecteurs,
Ne nous leurrons pas, la droite décomplexée a le vent en poupe. Au Coq des Bruyères on est pas plus con que les autres, alors à l’instar de ceux qui déroulent le tapis rouge (brun) à Ivan Rioufol, Éric Zemmour et consorts, nous ouvrons nos colonnes à Monsieur Naqdimon qui saura amener notre journal sur l’autoroute du progrès.  

Nous aussi on veut en croquer ! ce qui nous permettra, d’ailleurs, de ne pas être tondus à la collaboration.

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

Patrick FONT - Souvenirs d'un cowboy d'opérette