Un final en fanfare
Par Naqdimon Weil

Les valeurs de Mr NAQDIMON

Encore une année qui se termine dans le vacarme médiatique sans que quiconque ne songe à prendre le recul nécessaire pour observer sereinement le futur de notre belle et forte Patrie dans le cacophonique concert des nations qui lui sont toutes secondaires et que l’avenir se profile face à nous. Il me revient donc, alors que ce bon James boucle les valises et prépare la Bentley pour mon séjour annuel à Gstaad, après le traditionnel pèlerinage familial à Sigmaringen, de m’astreindre à analyser les cahots et soubresauts que nous vécûmes en cette année 2016.

Loin de moi l’idée de parler de l’opération de police rondement menée par Vladimir Vladimirovitch Poutine, le dernier grand homme politique de notre continent, il ne fait que ramener l’ordre, de manière certes un peu virile, mais correcte tout de même, dans un pays sans aucun intérêt. Je m’interroge sur l’obsession de certains de nos concitoyens pour cette peccadille exotique, allant même jusqu’à faire du maître du Kremlin un criminel de guerre, alors qu’il se contente de faire bombarder avec retenue des populations semi-nomades et qui n’auraient de tout façon jamais eu l’aumône des grands titres sans l’amicale présence des Russes. Ces droit-de-l’hommistes bavochant et autres vieux marxistes en panne de révolution, portant le deuil de l’infâme Castro et chougnant sur le sort de Dilma Roussef, viennent geindre sur l’annihilation d’Alep-Est alors qu’ils n’ont pas eu un mot sur la destruction de nos valeurs par les Solfériniens. Deux poids, deux mesures! Je ne vais pas non plus aborder la piteuse défaite de la mégère blonde étasunienne et la juste victoire d’un Donald Trump, entrepreneur honnête et inventif, surtout en ce qui concerne l’imposition, malgré une coupe de cheveux discutable, nombre de mes confrères ont usé et abusé de cette anecdote.

Hors de question non plus de m’arrêter sur la soi-disant Loi Travail de la ministre El Khomri, le simple fait que son auteur soit femme, jeune et allogène suffit à la disqualifier. Quant à ses opposants, monôme de jouvenceaux chevelus amateurs d’herbes hallucinogènes et joueurs de tamtams africains, j’aurais tendance à recommander à leurs parents de leur appliquer tout à la fois une bonne fessée ainsi qu’une honnête coupe au bol. Si les 20h en ont fait leurs choux gras pendant des semaines, c’est surtout parce qu’ils sont aux mains des soixante-huitards trotskystes d’origine sémitique qui n’ont aucune raison d’aimer la France et d’en parler avec ferveur. Les bisbilles écologiques sans intérêt, les aléas des traine-lattes qui refusent les emplois généreusement offerts par le MEDEF, les faits divers tous plus ou moins sanglants, les chiens écrasés, bref, le fond de la soupe médiatique dans son ensemble n’aura pas non plus l’aumône de mon attention.

Si l’année 2016 doit rester dans nos mémoires, surtout à moins d’une semaine de l’anniversaire de la naissance du Sauveur, et malgré la terrifiante cathophobie dont font montre nos beaux parleurs germanopratins invertis, c’est par l’éclatante victoire de François Fillon sur le vieillard bordelais et sur l’immigré Hongrois Sarközy de Nagy-Bocsa, dont il nous débarrassa pour le plus grand bien de la Nation. Alors que le fielleux et mou satrape élyséen, assommé par la victoire de la Vraie France, se retire, pendant que les socialo-écologistes, le rastaquouère de Matignon en tête, se disputent âprement le navrant héritage du sybarite corrézien, courageux et inflexible, l’ancien maire de Sablé-sur-Sarthe marche avec fermeté vers la victoire et le redressement. Certes, pour des raisons qui m’échappent, il vient de reculer sur une belle proposition de retrait des pauvres de la Sécurité Sociale, mais je lui fais confiance, il saura ramener, d’une manière ou d’une autre, cette saine proposition dans son subtil programme de gouvernement. A partir de juin 2017, nous pourrons redresser la tête, fiers d’avoir à la barre du pays un homme si fin et si charismatique.

En attendant la belle victoire du candidat des bons Français, je vous souhaite, chers amis et délicieuses lectrices, d’excellentes fêtes de fin d’années, dans la paix du Seigneur et sans les tracas du quotidien.

par Mr Naqdimon

Mr Naqdimon by Babouse

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie