Vaccinez-moi

par | 19 Jan 2021

Vaccinez-moi
Oui mais pas tout de suite,
Pas trop vite
Sachez me convoiter,
Me désirer
Me captiver…
Etc…

Alors, au printemps dernier, j’avais noté la date du 9 août annoncée par l’incontournable professeur Raoult pour la disparition du virus. Malheureusement, je n’ai pas noté l’année et je n’ai pas pu joindre le savant de Marseille pour avoir des précisions. Depuis, j’ai fait mon cheminement intellectuel pour faire le point de toutes les solutions pour sortir du merdier. Le point ayant été vite fait, j’en ai déduit que le vaccin était la solution et en plus comme j’adore les multinationales surpuissantes, j’étais content que Pfizer soit le premier. Je dis ça pour ceux que le complot financier international hérisse. Je vois que le pourcentage de Français voulant se faire vacciner augmente. On nous parlait tout le temps de cette réticence au pays de Pasteur. Alors, justement, je suis allé regarder de plus près les détracteurs de Pasteur en 1885. Eh bien, surprise, surprise, les arguments de ces gars-là étaient les mêmes que ceux des anti-vaccins d’aujourd’hui, avec également la question financière à la clé, et l’enrichissement personnel de ce brave Louis Pasteur; du copié-collé je vous dis.

Je me suis plongé dans les déclarations des détracteurs d’aujourd’hui. Ce qui est amusant c’est que souvent ceux qui ne veulent pas se faire vacciner  sont très critiques sur le retard de la vaccination française. C’est vrai que pour convaincre les anti-vaccins de se faire piquer il faudrait que les morts du Covid s’expriment un peu plus pour vanter les bienfaits du vaccin. Après, je ne peux pas affronter la colonie d’activistes. Mais je n’ai rien contre les complotistes, même vivants. En tout cas, je souhaite que, dès la réouverture des cinémas, les rebelles car ce sont des rebelles n’ayant pas peur des mots (qui ne veulent rien dire), puissent projeter un peu partout le film qui les rassure « Hold up ». D’ailleurs, j’espère que Louis Fouché, Kim Glow, Casasnovas, Tal Schaller ou Sylvano Trotta, l’équipe de choc des complotistes seront  invités à vendre les esquimaux avant les projections. Ses adeptes font partie des effets indésirables du non-vaccin. Et puis un petit coup de French bashing (dénigrement français pour ceux qui en ont marre des anglicismes), ça ne se refuse pas ! Et dépêchons-nous, avant que la dictature macroniste nous empêche toute possibilité d’investigation, cette dictature macroniste dont on nous parle tous les jours qui est en marche depuis qu’il a vendu son âme en viager à Bill Gates !

En attendant le vaccin, un couvre-feu. Tant pis pour ceux qui voudraient aller se faire vacciner en soirée! Par contre pour boire, on a plus de temps pour le faire chez soi. Et comme les bars restent fermés, pour la même somme on en aura plus à consommer chez nous. Donc, grâce à la mesure de Jean Castex, ce 1er Ministre dont la nomination reste une énigme, nous allons pouvoir boire chez nous  pour moins cher et plus longtemps. Vous voyez qu’en cherchant bien, on peut trouver des points positifs au couvre-feu. 

Pour rester dans le positif, en l’absence de spectacles, la Revue de Presse de Paris Première, ça continue (sans public mais presque comme avant), la prochaine le 25 janvier.

Pour les livres, le dernier publié sur un terrain humoristique, « L’Expert et Qi Shi Tsu » (Editions du Net) est toujours disponible, et pour mon premier roman, « La mort en partage », le contrat est signé mais il faudra patienter pour la sortie: janvier 2022 (avec les décalages de programmes cause Covid) alors que mon deuxième roman vient d’être terminé. 

A bientôt et courage les amis !

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

Sans eux, le déluge

Dans quelques mois, en avril 2022, il va y avoir (roulement de tambour) les élections présidentielles! Pour les médias, c'est un peu l'équivalent d'une coupe du monde de foot sauf que, cette...

Le bel été

C'est pas pour frimer, mais faut bien le reconnaître, on a quand même eu un été de merde. Enfin, moi, à tout le moins. Entre le temps pourri, les vacances annulées, les projets qui se...