Vœu de silence

par | 2 Fév 2021

Dans un communiqué récent, l’Académie de Médecine recommande de se taire dans le métro afin de limiter la propagation du virus.

Bien que cette recommandation prête à sourire, elle aurait pu être bien plus contraignante et difficile à mettre en œuvre : cette noble institution aurait pu préconiser aux Parisiens d’arborer un visage avenant.

Parce qu’on tend à l’oublier, mais dans les transports en commun, si l’avantage indéniable, c’est le transport, l’inconvénient majeur, c’est d’être en commun.

Enfin, un retour au sens commun et aux bonnes manières! Allez hop, le prochain importun qui partage votre strapontin en s’égosillant dans son Nokia dernier cri : «J’suis dans l’métro là TU M’ENTENDS? Ça capte pas OUAIS je te rappelle OUAIS ça capte pas tu m’entends OUAIS je prends quoi en passant au Franprix?», et bien BIM, c’est 135 balles d’amende qu’il prendra en premier.

Dans l’absolu, les usagers du réseau souterrain ne percevront pas de grandes différences,  il est plutôt rare que les frotteurs et autres exhibitionnistes entrent dans une rame en annonçant à la cantonade «Bonjour M’sieurs Dames, je vais passer parmi vous me frotter sur un maximum de culs, belle journée à vous!»

Et quiconque a déjà emprunté la ligne 13 ou la correspondance de la station Les Halles à 9h du matin sait que, non content de se bousculer aux postillons, l’ambiance y est bien plus proche de Mad Max: Fury Road que du Monde du Silence.

Remercions plutôt ces éminents médecins d’exhorter à un geste barrière d’une simplicité confondante pour les parisiens: il leur suffit de faire la gueule. Ou d’imiter Marina Foïs.

Alors, oui, ce sera parfois difficile. Mais ne dit-on pas que les plus grandes douleurs sont à la station La Muette?

Le silence dans le métro sera-t-il un calvaire pour les filles, ou une bonne nouvelle pour tous? Signera-t-il le grand retour du mime à Alma Marceau ? Ne dira-t-on plus un mot à Cambronne?

Comme le dit l’adage populaire de la RATP: «Qui ne dit mot consent sous les aisselles, et d’ailleurs, il est cinq heures»

Et soyons positifs (dans le respect des gestes barrières): si le silence qui suit Mozart est du Mozart, celui qui suit, dans une rame surbondée, la fin d’une reprise nasillée de Besame Mucho commise par un accordéoniste moldave à grand renfort de raki, c’est avant tout un immense soulagement.

Quoi qu’il en soit, si notre santé est aussi à ce prix (billet à l’unité: 1,90€ , carnet de 10: 16,90€), métamorphosons-nous temporairement en trappiste, si ça peut éviter des mises en bière.

Et le prochain qui vous dit que ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule, vous pourrez lui répondre que si, et que c’est la science qui le dit.

Par Myriam

Par Myriam

Passionnée de nature et de vie sauvage, Myriam a rejoint l'équipe de rédaction en pensant intégrer une revue prestigieuse sur les gallinacées en voie d'extinction. Réalisant son erreur, elle a quand même souhaité rester avec ces drôles d'oiseaux. Même quand elle n'a rien à dire, elle le dit quand même, avec un aplomb qui n'a d'égal que celui dans l'aile du Parti Socialiste. Caution féminine des plumes du Coq, elle n'hésite pas à abuser de ce privilège, et arrêtera de le faire quand les poules n'auront plus la dent dure.
D'autres Chroniques

Sans eux, le déluge

Dans quelques mois, en avril 2022, il va y avoir (roulement de tambour) les élections présidentielles! Pour les médias, c'est un peu l'équivalent d'une coupe du monde de foot sauf que, cette...

Le bel été

C'est pas pour frimer, mais faut bien le reconnaître, on a quand même eu un été de merde. Enfin, moi, à tout le moins. Entre le temps pourri, les vacances annulées, les projets qui se...