Vœux artistiques

par | 7 Jan 2021

En cette période où tout le monde espère que 2021 va balayer les mauvais souvenirs et les frustrations que l’année 2020 a accumulés, j’ai pensé à présenter aux lecteurs du Coq, mes vœux sur un terrain artistique; domaine que je suis à même de côtoyer régulièrement.

En résumé, trois vœux qui me tiennent à cœur pour une vie plus douce et sereine.

Que ceux qui défèquent en permanence sur la France prennent la bonne décision à savoir partir, quitter l’hexagone et se faire naturaliser dans un pays sympathique et chaleureux comme la Chine, la Russie, la Turquie, enfin un pays où il fait bon vivre et où leur talent sera reconnu à son juste niveau. Un souhait pour leur bonheur, qu’ils puissent enfin s’éloigner de la France, ce pays oppressant qui est une dictature sauvage.

Que le besoin de reconnaissance poussé à son paroxysme par l’absence de prestations scéniques trouvent enfin le bon remède avec la reprise de la célébration du Moi de ces artistes afin d’éviter les drames familiaux car les parents frustrés ne peuvent qu’engendrer des enfants déséquilibrés…

Et que 2021 permette à un grand nombre d’artistes de trouver l’humilité qui leur manquait en 2020? (Sans prendre modèle ou faire de comparaison avec les intermittents du spectacle de tous les pays puisque ceux-ci n’existent pas hors de France?)

Quelques vœux en pensant à tous ceux dont l’activité peut-être essentielle ou pas pour certains, indispensable ou nécessaire pour d’autres!

Bonne année! Car tant qu’on peut la souhaiter, c’est qu’il y a de l’espoir et de la vie!

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

Twitter ou la sélection virtuelle

S'il existe de nombreuses inventions qui révolutionnèrent l'humanité telle la roue ou la pointeuse électronique, il en existe d'autres dont l'inutilité notoire n'a pu que rendre son inventeur...

Cancel Culture Absourdité

« Devons-nous réduire Beethoven à néant » ? Ce n’est pas l’interrogation d’Haydn, son maître de musique, exaspéré par l’indiscipline de son élève aux penchants révolutionnaires, mais...

J’ai le blues, brother…

Il n'est jamais trop tard pour s'amender, comme le signalait la banderole derrière les Blues Brothers pendant leur concert en prison. Et c'est donc à mon tour de prendre le chemin de Damas, d'aller...