Y a pas d’raison
Par Naqdimon Weil

NAQDIMON fait son malin

Moi, je dois bien l’avouer, jusqu’à mes 16 ans, j’ai cru à tout. Dieu, la magie, la métempsychose, la transmission de pensée, les miracles, la mère de famille qui arrête un camion en pleine course pour sauver ses gosses, tout, je vous dis. Alors les tables qui tournent, les verres qui bougent, les planches de ouija, les esprits frappeurs, le petit peuple, le mauvais œil, c’était pour moi et même que j’allais réussir à me taper Hélène de 3°b. Puis, comme tout le monde, les boutons sont passés, les cheveux n’étaient plus gras – sauf avec du gel, mais c’est une autre histoire -, Hélène de 3°b a changé de bahut et j’ai réservé tout le saint-frusquin mystico-magique à mes parties de Donjons et Dragons, c’était franchement plus leur place. Et donc, à l’âge de raison, c’est-à-dire vers 20 piges, quand on a son premier chéquier et sa belle Carte Bleue toute neuve, les seules aberrations auxquelles je voulais encore croire c’était que je serais un jour glorieux, riche et célèbre et que je finirais par retrouver Hélène de 3°b et qu’on irait s’envoyer en l’air sur une plage de Bora Bora. Encore plus tard, vers mes 35/40 ans, j’ai fait une croix sur la gloire et la célébrité, j’ai remisé la richesse potentielle à un ou deux tirages du Loto par an et j’ai fini par me dire qu’Hélène de 3°b devait commencer à perdre un peu de son charme juvénile.

L’avantage, c’est qu’autour de moi, tout le monde avait l’air d’avoir également foutu en l’air toutes les gamineries irrationnelles, et même si les barbus de tous poils et de toutes soutanes se faisaient entendre plus que de raison, et que certains copains gobaient des boulettes de sucre comme soin pour leur bobologie, en gros, on avait cessé de nous bassiner avec l’horoscope à la radio et à la télé et que les seules prévisions qui étaient acceptables étaient celle de Monsieur Météo et de sa grenouille. En plus, plus personne ne me parlait d’Hélène de 3°b, donc tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Sauf que le Mur était tombé et que la nature humaine a une sainte horreur du vide. Et que donc, certains ont remplacé les Lendemains qui Chantent Kaline kakaline kalmaya par de nouveaux abracadabra et que le mot « naturel » est devenu le synonyme du mot « sain ». On commençait à parler des médecines « naturelles », « douces », « alternatives » et les bergères allaient se rouler dans la rosée pour se rendre jolies, elles rentraient couvertes de boue, c’est dire si on trouvait de belles conneries dans les magazines féminins, même si je n’y ai jamais vu la trace d’Hélène de 3°b.

Et après les deux tours sont tombées et là, le grand cirque a commencé. Tout était complot et avec l’arrivée du réseau des Réseaux, la petite flûte aigre des marchands de grigris de tout genre est devenue le Philarmonique de Berlin, avec grosse caisse de résonnance et tout le tremblement. Certaines pseudo-vedettes et autres gloires déchues viennent maintenant expliquer sur les ondes et via le oueb que les médicaments sont un mal plus incarné que l’ongle de Tonton Raoul, que la vaccination ne cherche qu’à « détruire l’éclat biologique d’un être dès sa naissance » et qu’on va tous mourir dans d’atroces souffrances en mangeant du jambon Herta. Sans le quart du pouillème du commencement du début de la moindre preuve scientifique. Et toute la médiasphère, histoire de ne pas être en reste, à deux ou trois exceptions près, se fait l’écho de ces conneries calibrées XXL, tant pis si on panique les gens sur des approximations et des mensonges.

Et moi, j’ai à nouveau les boutons qui poussent, mais ce n’est pas l’acné juvénile qui fait un deuxième passage devant les tribunes, c’est l’allergie à toutes ces débilités anti-scientifiques qui explose. Et je me dis que la vague de connerie va continuer à grossir et que nous allons tous finir noyés sous un tsunami d’imbécilités magiques.

J’espère seulement qu’Hélène de 3°b saura surnager.

par Naqdimon Weil

Naqdimon by Ranson

# [Les derniers articles de Naqdimon Weil]

La une de Charlie