Nicolas Brulebois

Nicolas Brulebois par Gabrielle PluetDepuis 1999, il place ses textes affreux sales et méchants dans plusieurs journaux satiriques : Zoo, Hara-Kiri (relancé par Bercoff), Tant Pis Pour Vous, Kamikaze, etc. Il fournit également quelques gags aux premiers numéros de Siné Hebdo et La Mèche, avant de rejoindre l’équipe de Fakir, dont il fait toujours partie à l’heure actuelle.

Parallèlement, il ose le grand écart en publiant des textes sensibles et sensuels, à visée littéraire, dans quelques revues et fanzines : Hermaphrodite, Dissonances, Le Titre, Le Carrosse, Carbone, Les Hésitations d’une Mouche, Microbe, Traction-Brabant, etc.

Une de ses nouvelles est adaptée en radio, interprétée par Jean-Pierre Cassel. En 2011, il figure parmi les auteurs des recueils collectifs Leitmotive (Jacques Flament Editions) et L’écriture En Soi (EP&LA édition numérique).

Variant les plaisirs, il signe aussi des interviews et chroniques culturelles, en revues ou sur internet. Après une étude critique consacrée à Guillaume Dustan, il postface deux livres d’écrivains ayant évolué dans son sillage : Cocktail de Laurent Herrou (éditions numériques EP&LA), et La Famille Ola de Damien Verhamme (Editions 100, Belgique).

Amateur de théâtre, il dirige une rubrique vouée à l’art dramatique, de la Revue Arès.

En 2013, il publie un recueil de brèves et d’aphorisme : « Le Monde aigri le monde est bleu »

PS : Le portrait (pastel + feutre) fut réalisé par Gabrielle Pluet, d’après une grimace originale de l’auteur.

La une de Charlie