Bafouille à un propalestinien

par | 7 Nov 2023

Cher supporter de l’équipe palestinienne, brave fashion victime du keffieh noir et blanc, à toi qui penses prendre la défense de David contre Goliath en vociférant contre ceux qui portent son étoile, cette chronique t’est destinée.

Cela fait maintenant un mois que tu te demandes pour quelle raison, on reproche à ton amour des uns de dissimuler coquettement une haine des autres. En gros, d’aimer très fort les Palestiniens parce que tu n’aimes pas beaucoup les Juifs. Bref, tu ne captes pas pourquoi on te traite d’antisémite.
Nous allons partir du principe que tu n’es ni Palestinien ni Israélien, et que c’est d’un regard sensible, extérieur mais honnête que tu t’intéresses à l’actualité. Faisons ensemble un petit jeu pour tenter de te comprendre :

Partons du postulat que tu es contre le fait que l’on tue des civils, des « innocents ». En apprenant les massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas, et juste avant d’hurler au « génocide » du peuple Palestinien, as-tu pris ce massacre pour une « révolte », une « rébellion », une « action légitime » voire t’es-tu fait la réflexion qu’en définitive comme « on » leur avait « volé leur terre » d’un certain côté c’est presque « mérité » ? Si oui, tu marques un (gros) point puisqu’au final, pour toi, il semblerait que les civils ne soient pas tous des innocents.

En sachant que le Hamas avait assassiné des jeunes (dont 260 personnes qui dansaient lors d’un festival célébrant l’amitié, l’amour et la liberté), et en tout 1400 hommes et femmes, des vieux, des enfants, des bébés, qu’il y a eu des viols, des enlèvements; as-tu une seule fois cherché à savoir ce qui était arrivé à ces gens, ce qu’ils avaient vécu, as-tu publié sur les réseaux sociaux au moins un petit post pour réclamer la libération des 230 otages ? Si oui, j’en suis un peu soulagé sinon tu gagnes 1 point et un froncement de sourcils.

Tu reproches à Benyamin Netanyahou d’être un politicien corrompu à la tête d’un gouvernement d’extrême droite. Et tu as entièrement raison, c’est un fait. D’ailleurs depuis 10 mois, des milliers d’Israéliens manifestaient (jusqu’au 7 octobre) tous les jours contre sa politique. En revanche, reproches-tu également au Hamas, qui gère Gaza, d’être une organisation terroriste d’extrême droite et corrompue ? Si oui c’est bien puisque c’est aussi un fait sinon, tu le sais, tu marques encore un point.  

Internationalement, le Qatar, qui n’hésite pas à utiliser des esclaves pour construire ses stades de foot, et l’Iran, qui emprisonne et exécute ses opposants politiques, financent grassement le Hamas mais peut-être penses-tu que c’est par amour de l’humanité ?
Si tu y vois une solidarité entre musulmans, n’oublies pas que ni le Qatar ni l’Iran ne se préoccupent du sort des Ouïghours, ethnie musulmane que la Chine génocide à coup de stérilisations forcées. Mais les Chinois ont oublié d’être juifs. Ça aide à regarder ailleurs. Si tu penses que ça n’a rien à voir, prends un point pour la route.


Enfin, tu comprends bien qu’en organisant l’attaque du 7 octobre le Hamas savait qu’il y aurait des représailles ? Tu te doutes qu’en installant leurs bases militaires sous des hôpitaux, et en se servant de civils comme bouclier, le Hamas sait qu’il met en danger sa population ?
Lorsque Ghazi Hamad, membre du bureau politique du Hamas, déclare dans une interview à une chaîne de télévision libanaise (24 octobre à LBC) :
« Israël est un pays qui n’a pas sa place sur notre terre (…) nous devons l’éliminer car il représente une catastrophe sécuritaire, militaire et politique pour la nation arabe et islamique. Nous n’avons pas honte de le dire. Aurons-nous à payer un prix pour cela ? Oui, et nous sommes prêts à le payer. On nous appelle une nation de martyrs, et nous sommes fiers de sacrifier des martyrs ».
La sens-tu la volonté génocidaire et le rien à foutre de son peuple ? Si oui, il était temps ! Sinon, un point qui compte double.

Ainsi, pourquoi n’imputes-tu jamais la responsabilité de ce qui se passe aujourd’hui, au Hamas ? Pourquoi, en réclamant un cessez-le-feu humanitaire, ne maudis-tu pas ceux qui font tout pour que la situation empire, c’est-à-dire le Hamas ?

En revanche, puisque nous ne sommes, ni toi ni moi, Israélien ou Palestinien : es-tu indigné, horrifié, dégouté par les centaines d’actes antisémites qui se produisent actuellement en France ?  Réalises-tu qu’en brandissant ou en ne postant que le drapeau palestinien pour réclamer la « paix », tu prends parti de facto pour le Hamas ? Sinon c’est le drapeau israélien et le drapeau palestinien que tu brandirais. Mais non ! Peu importe ce que l’on te dit, peu importe ce que l’on t’explique, tu es incapable d’être solidaire des Juifs et des Israéliens. C’est ton incapacité à être « pour » eux qui démontre que tu es intrinsèquement contre les Juifs. C’est ce que l’on appelle de l’antisémitisme. Et au lieu de te borner à vomir ceux qui voient de « l’antisémitisme partout », tu devrais te questionner sur ton besoin de n’en trouver nulle part ?

Fais l’addition de tous les points que tu as reçu lors de ce petit jeu, et le résultat c’est que tu en mérites un gros dans ta gueule.

Par Anthony Casanova

Par Anthony Casanova

Anthony Casanova est le directeur de publication et le rédacteur en chef du journal satirique Le Coq des Bruyères.
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...