Casseur: vocation ou aboutissement ?

par | 28 Mar 2023

A force de voir des rassemblements de justes mouvements sociaux à Paris et à Sainte-Soline, qui dérapent avec des groupes  de décérébrés qui cassent et décrédibilisent la cause du moment, je m’interroge sur ces pseudos rebelles; agitateurs? Des muscles peut-être mais pas agitateurs de la pensée. Enfin pour être sur qu’il y a une pensée il faudrait pouvoir les entendre et qu’ils s’assument leur statut en sortant de l’anonymat, signe extérieur de la lâcheté. Le but: casser du flic, le mal absolu pour ces défenseurs de la démocratie, version démocrate facho. On évoque souvent l’ultra gauche, qui est juste l’ultra connerie, il faut arrêter d’utiliser un vocabulaire qui ne correspond à rien si ce n’est le vide pour enrober une raison d’être: la culture de la haine, tout ce qui va à l’encontre de la démocratie, et la lutte contre ses défenseurs, à savoir les forces de l’ ordre, policiers gendarmes qu’il faut détruire physiquement. Les fachos de ce calibre ont les mêmes ressorts mentaux dans cette ultra gauche que chez leurs congénères d’extrême-droite.
Petite précision,  je suis, à priori, contre le dictat de Macron pour les retraites et contre les bassines des Deux-Sèvres qui est, me semble-il, une mauvaise idée pour l’eau. Mais dans tous les cas de figure, le respect de la vie est le guide du comportement qui doit permettre de vivre en société avec un minimum d’intelligence. Autre petite parenthèse: je n’ai pas une vénération particulière pour les forces de l’ordre et je ne ferme pas les yeux sur les exactions qu’on a pu relever. (D’ailleurs, à force d’en prendre un maximum sur la gueule sans pouvoir répliquer à leur guise, je me demande pourquoi il n’y a pas plus de flics qui quittent ce boulot pour trouver un job peinard avec le week-end pour cultiver en famille son potager !).

Alors, un. Casseur a t-il trouvé sa voix avec une conscience politique ou est-ce que c’est parce qu’il casse qu’il habille son activité par une justification politique? Je serai plutôt enfin à croire à la justification qui permet d’adhérer à un groupe, et d’avoir le côté bandant de révolutionnaires en action. Révolutionnaires en action certains jours bien précis sans entacher, pour beaucoup d’entre eux, l’emploi pépère qui permet de vivre un quotidien sans histoire.

Ce qui désolant, c’est que ceux que  l’on a nommé « activistes » les criminels à Sainte-Soline n’aient pas été condamnés clairement par les écologistes véritables présents sur le site pour de bonnes raisons; sans parler des prises de positions lamentables du triste Mélenchon qui mérite au plus vite, à 71 ans, une retraite définitive. Désolant également de rameuter en Italie, Belgique, Allemagne, sous couvert de causes communes des gros bras motivés par la destructions des sociétés dites démocratiques bien sûr imparfaites mais éloignées des modèles dictatoriales qu’ils préconisent. La défense de l’intelligence demande d’autres démarches mentales. 

Le combat pour les justes causes n’empêche pas la lutte mais avec des moyens qui nécessitent un minimum d’imagination mais ça, pour les casseurs, quelles que soient leurs origines et leur parcours, on sort du sujet. 

A défaut d’entendre ces protagonistes dont le vocabulaire est limité aux pavés et projectiles divers, on a tendance à croire que les motifs de rassemblements sont interchangeables et qu’il n’y a pas de certitudes à trouver la loi sur les retraites ou les bassines au coeur des préoccupations. 

Alors dans l’urgence, il faut se protéger, en espérant que le pouvoir sachent interpréter ces dérives . Mais qui saura élever le débat?

Le 20 avril sortira aux Editions du Net un nouveau livre: « Les bonnes raisons de ne pas avoir tort ».

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...