Convergence des luttes

par | 26 Sep 2023

Laissez-moi vous compter une aventure qui m’est arrivée il y a peu. Pour fréquenter assidument les milieux de droite nationaliste et conservatrice sans en faire toutefois partie, je suis, bien sûr, très au courant de ce qui se déroule au Journal du dimanche. Une actualité que j’observe sans préjugés ni complaisance, précisons-le. Il m’est toutefois arrivé d’écarquiller les yeux – tout en étant, pour une fois, confortée dans mon intime conviction –, comme lors de cette discussion avec l’un des travailleurs de la tour Lagardère, siège du JDD, Europe 1, Paris Match et dorénavant CNews,

Le bonhomme, la trentaine, tee-shirt jaune, jean et baskets, proprement rasé et d’origine vraisemblablement maghrébine, me racontait les quelques échanges qu’il avait eu avec la nouvelle équipe estampillée Geoffroy Lejeune. Disant notamment être agréablement surpris par leur sympathie à son égard, si ce n’est leur prévenance. « Ce ne sont pas des gens d’extrême droite, en tout cas pas du tout comme on nous l’avait présenté, étayait-il. Ils sont simplement nationalistes, patriotes, ils défendent des valeurs. » En connaisseuse du sujet j’opinai de la tête, ayant toujours eu horreur de cette étiquette fourre-tout et diabolisante. Nationaliste et conservateur, c’est terre-à-terre, tangible, cela désigne quelque chose et tout un cercle de valeurs justement.

Mon interlocuteur, voyant en moi une oreille attentive et un esprit ouvert, alla plus loin dans sa « confession » : « Tu vois Thaïs sur Twitter ? C’est pareil, elle défend des valeurs, un modèle de société, un modèle familial. » Pour les néophytes, le type s’était mis à faire le panégyrique de l’ancienne porte-parole de Génération identitaire, Thaïs d’Escufon, ni plus, ni moins. Devenue influenceuse, cette dernière multiplie les saillies contre les femmes jugées « vulgaires » ou « légères », se dit « contre la mixité à l’école jusqu’au bac » et considère qu’ « une fille ayant un bodycount [nombre de conquêtes, N.D.L.R.] conséquent ne fait que révéler une chose : elle a enchaîné les hommes qui n’ont pas souhaité s’engager dans une relation à long terme avec elle ». Entre autres commentaires alter-féministes, dirons-nous.

L’homme a continué, une forme d’admiration dans la voix : « En réalité, les gens du JDD, c’est un peu le bras médiatique de ceux comme Zemmour qui veulent défendre leurs valeurs et leur nation. » C’est alors que j’ai senti deux cases s’emboîter dans mon esprit. « Dis-moi, tu es musulman pratiquant ? Dans ce cas, je comprends que tu les comprennes », lui demandai-je. D’abord, il répondit « non ». J’insistai, celui-ci m’ayant dit qu’il ne buvait pas d’alcool. Il réfléchit, hésita. « Oui, c’est vrai, sur les valeurs et le modèle familial, c’est un peu ça », finit-il par admettre.

Cet échange, lunaire, prouve une chose : il existe bel et bien une alliance objective entre conservateurs zemmouristes et les milieux musulmans pratiquants, les seconds étant in fine tout aussi identitaires que les premiers. Et, entre conservateurs rigoristes, on ne peut que s’entendre.

Par Gaston Lécluse

Par Gaston Lécluse

Élevée en bonne petite gauchiste, Gaston Lécluse est devenue la fierté de la famille en infiltrant un journal de droite. La seconde partie du plan : épouser un lepéniste influent et continuer d’ausculter le patriotisme, le nationalisme et l’extrême droite. Même si, en vrai, c’est pour déguster des petits fours à l’Élysée quand Marine sera présidente. Pour elle, le blasphème est une religion et la prière une hérésie. Recrutée au Coq par mégarde.
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...