Entendez-vous mugir dans la campagne

par | 18 Jan 2022

Actuellement la majorité des Français se fout de l’élection présidentielle, trop occupée à jongler avec les mesures sanitaires pour se protéger du covid, de s’angoisser pour le règlement des factures d’énergie malgré la promesse de jours heureux grâce à la période des soldes et la baguette à 29 centimes de Michel-Edouard Leclerc. Oui la majorité se fout de l’élection. Un bien? Un mal ? A défaut de débats d’idées, les communicants ont pris du grade et les sondeurs s’engraissent comme jamais. La question des 500 signatures pour les candidats agitent les états-majors. Alors comme ça, on commence à s’affoler parce qu’on est loin du compte pour beaucoup et pour pallier au problème, il faudrait donc changer les règles du jeu avant de commencer le match. Parce que, ma bonne dame, les règles ne conviennent pas aux compétiteurs. Ben voyons! Comme dirait le Frustré. Eh oui comme se demandait l’illustre philosophe Qi Shi Tsu: « En politique, si la fin justifie les moyens, qu’en est-il des médiocres et des nuls? »

J’ai continué à me pencher vers Qi Shi Tsu pour avoir un peu de hauteur sur la politique et quelques questions peuvent toujours être adressées aux membres de notre cher parterre politique. Elles peuvent servir de boussole car elles sont intemporelles. Je les transmets sans modération à la meute des candidats.

En quelle année, les hommes politiques ont compris que pour les cons la forme est plus importante que le fond?

Dans les partis, grâce aux courants, y a-t-il plus de lumières?

Les promesses à deux balles suffisent-elles à tuer quelqu’un?

Les déchets politiques sont-ils recyclables comme les autres à part sur les bancs du Sénat?.

Mais heureusement, Qi Shi Tsu n’a pas que des questions qui ont du mal à trouver une réponse. Il a aussi en tête des réflexions profondes et il vous en livre quelques-unes pour rester dans la légèreté.

La vie politique est affaire de choix:
Prendre une veste ou la retourner
Baiser ou se faire baiser
Vivre moche ou finir en beauté.
A la tête des ministères, il n’y a pas forcément un spécialiste: un économe à l’économie ou une femme de ménage comme garde des seaux.
Les partis politiques, c’est avant tout de l’amour, et plus tu montes dans la hiérarchie, plus il y a d’amour car ça finit par devenir un grand bordel.
Et si le besoin de pouvoir ne s’expliquait que par la frustration des faibles.
Quand on veut réussir en politique, il faut avoir de bons tuyaux pour arroser le milieu.
La langue de bois est à la politique ce que la pipe est à l’amour quand on n’avale pas la fumée.

Enfin, chers lecteurs, restons légers. L’ensemble de ces citations est issu des deux livres « Les pensées de Qi Shi Tsu » et « Les réponses de Qi Shi Tsu » (toujours disponibles, il suffit de demander).
Et puisqu’il est question de livre, changement de registre pour moi avec la parution jeudi 20 janvier de mon premier roman (noir) aux Editions De Borée: « La mort en partage » chez votre libraire préféré.

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques
V comme Val (Philippe)

V comme Val (Philippe)

Auteur compositeur interprète, journaliste, rédacteur en chef puis directeur de Charlie Hebdo, essayiste… Philippe Val est avant tout un intellectuel français. Il publie aux éditions de...

Attention aux dangers de l’été

Comme je l’ai évoqué dans la dernière Revue de presse de la saison sur Paris Première, je reviens sur tout ce qui doit alerter avant cette période estivale marquée, on le sait, par l’insouciance des...