Fantômes du passé

par | 24 Oct 2023

« Atavisme : hérédité des caractères physiques ou psychologiques ; réapparition d’un caractère primitif après un nombre indéterminé de générations. » La définition provient du dictionnaire Robert. Et décrit ce que ressent la majorité, pour ne pas dire la totalité, des personnes juives ou d’origine juive depuis le 7 octobre.

L’atavisme juif, c’est sentir une aiguille percer son cœur, oscillant entre chatouille et douleur, lorsque l’antisémitisme des quartiers est tu pour ne pas brusquer.
C’est être humilié quand une partie de la gauche refuse de qualifier le Hamas, littéralement « Mouvement de résistance islamique », d’organisation terroriste, quand bien même il le serait dans une trentaine de pays occidentaux, dont l’Union européenne.
C’est s’effrayer lorsque des clichés d’antan, cachés sous des dehors polis, sont relayés avec grand naturel par des gens qui n’en ont pas conscience.


C’est savoir, avant même la fin du premier jour de violences, qu’Israël héritera de l’entièreté de la faute aux yeux du monde.
C’est craindre chaque jour un peu plus d’être insulté, brutalisé ou pis.
C’est sentir dans sa chaire l’hostilité qu’on inspire.
C’est interpréter, parfois trop, les silences des uns et les mots des autres.
C’est être aux aguets, justifier parfois l’injustifiable, toujours défendre la famille et ses excès.
C’est être contaminé par la haine de ses ennemis, sans doute plus respectée que le pardon.
C’est vivre entouré de formes passées, des pogroms, d’images de l’holocauste, des attentats, des assassinats : Dreyfus, Anne Franck, les morts de la rue des Rosiers, ceux d’Ozar Hatorah et de l’Hyperkacher, Ilan Halimi, Mireille Knoll et tant d’autres. L’atavisme juif, c’est le ciment de la communauté.

Par Gaston Lécluse

Par Gaston Lécluse

Élevée en bonne petite gauchiste, Gaston Lécluse est devenue la fierté de la famille en infiltrant un journal de droite. La seconde partie du plan : épouser un lepéniste influent et continuer d’ausculter le patriotisme, le nationalisme et l’extrême droite. Même si, en vrai, c’est pour déguster des petits fours à l’Élysée quand Marine sera présidente. Pour elle, le blasphème est une religion et la prière une hérésie. Recrutée au Coq par mégarde.
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...