Les vacances pour effacer tous les problèmes

par | 20 Juin 2023

Les vacances estivales approchent et tout s’annonce  bien dans les zones touristiques. Les réservations des  hébergements marchent superbement tout comme les  transports. Et voilà, on oublie l’inflation. La hausse des  prix n’est plus un problème. On a pu le constater avec  tous les ponts du mois de mai. Il y a des priorités et on trouve des remèdes là où on ne les attendait pas. Dans  les objectifs du stratège de l’économie Bruno Lemaire, l’amélioration du pouvoir d’achat concerne tous les  domaines de la vie des Français mais il n’était pas  envisageable que les vacances deviennent le moteur de  la consommation, une valeur refuge en quelque sorte. 

Alors bien sûr les vacances ne touchent que 60% des  Français puisqu’il y a toujours 40% des gens qui ne  veulent pas partir. Pour quelles raisons? Certainement  pas pour des questions d’argent puisque l’inflation  baisse à vue d’œil 5,1% et les produits alimentaires  14,3% ce mois-ci, autrement dit une quasi stabilité qui  redonne confiance; conclusion d’expert: 40% de gens  qui sont casaniers tout simplement. Vacances, on oublie  tout… On oublie l’écologie. On prend l’avion sans se  poser de questions. C’est normal avec les vacances,  c’est le moment de la pause, la pause de la réflexion, la  pause des restrictions. On ne va pas commencer à  penser à la sécheresse alors qu’il fait beau et que c’est  l’heure de l’apéro. Et puis c’est bien aussi de quitter  l’hexagone pour trois semaines, aller voir la misère qui  ronge des pays plus ou moins lointains; et ça, c’est  rassurant. Rassurant d’avoir choisi le bon pays pour naître. Les vacances ça sert aussi à ça, un bon bol d’air

 

d’exotisme, s’en remplir avant de retourner au quotidien  routinier. Mais les vacances, c’est aussi le sentiment de  liberté et celui de libération, libération des contraintes.  Alors, même si cela semble marginal, la contrainte de  vivre avec des animaux envahissants fait que l’abandon  d’un chien ou autre se fait sans trop de scrupules. Les  vacances imposent des choix et tous les ans ce cas de  figure déplorable se reproduit.  

Les vacances, c’est également celle de la bonne  conscience qui faisait qu’au cours de l’année laborieuse  on évitait de faire appel aux esclavagistes Uber et Déliberoo pour être livré d’un bout de viande prémâchée  entre deux éponges. Les vacances, lâchons-nous, les  bonnes résolutions, ce sera pour la rentrée.  Et les vacances, c’est le soleil bien sûr, et d’ailleurs, sur  les plages, les adeptes entassés témoignent de leur  vénération et ce soleil salvateur, à part du cancer de la  peau, guérit de tout. Un message aux gros qui vont se  faire rôtir sur le sable, la graisse font dans la poêle mais le soleil ne la fait pas fondre même en restant  longtemps. 

Alors en résumé, les vacances, c’est avant tout un état  d’esprit loin de la foule et des clichés des influenceurs,  pour tous ceux qui n’ont pas la chance de se sentir en  vacances toute l’année. 

Alors un peu d’originalité pour affronter cette période  estivale avec quelques livres que j’ai commis « Les  bonnes raisons de ne pas avoir tort » et « L’Expert et Qi  Shi Tsu », Editions du Net et le roman noir « La mort en  partage » Editions de Borée.

Bel été à tous !

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

De Villepin et le miracle juif

En guise de préambule, faisons un petit bond dans le temps pour nous remémorer l’existence de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy. Lors des universités d’été de son parti en...

A quoi voit-on qu’on devient vieux?

Comme j’ai constaté que je n’ai jamais été aussi vieux (même si je suis très jeune) et qu’autour de moi, beaucoup de connaissances n’arrêtent pas de vieillir, j’ai voulu savoir à quoi l’on voit que...

La haine dont on se fiche

La haine dont on se fiche

Que du Moyen Âge jusqu’au XIXe siècle, on le nomme l’antijudaïsme pour reprocher aux Juifs leur foi et leur histoire ; Que dès la fin du XIXe, on l’appelle l’antisémitisme pour justifier racialement...