Mon ordonnance

par | 17 Nov 2020

En cette période difficile, voire très difficile pour tout le monde, j’ai décidé de faire une ordonnance pour ceux qui ont besoin d’aide à partir de tout ce que j’ai pu tester depuis ce nouveau confinement. Cela s’adresse principalement à ceux qui comme moi vivent en appartement et ne bénéficient pas d’un terrain privatif pour s’ébattre. J’ai entendu ou vu, à la radio ou à la télé, des psychologues venir parler du moral des Français qu’on a connu meilleur. J’ai entendu qu’il ne faut pas se projeter et essayer de maintenir un lien social alors qu’on ne peut voir personne. Alors, à partir du moment où l’on arrive à se situer sur l’échelle des situations dangereuses et en ce qui me concerne, je suis tout en bas puisque le plus grand danger que j’ai à affronter, c’est la solitude, (je reste un privilégié) on a tous à trouver des remèdes pour équilibrer le moral au quotidien. En toute humilité, je peux donc faire une liste d’actions qui ont marché avec moi et qui seraient susceptibles d’être utiles à d’autres.

Tout d’abord, avant de se ressourcer intellectuellement, il convient de retrouver le plaisir de l’assiette; bien manger et bien boire, c’est la première étape. Chacun met ce qu’il veut dans le fait de bien manger, même un végan qui s’éclatera avec du rab de quinoa et un jus de papaye pour ceux qui ne connaissent pas le Riesling vieilles vignes de Beyer que j’ai partagé ce soir avec moi-même. Mais c’est vrai qu’avoir eu à ma table, un bon cassoulet, un boudin aux pommes, des moules marinières, des pennes à la crème et morilles, de vrais fromages et quelques desserts chocolatés gourmands avec Pinot noir ou gris, Saint-Véran ou Moulin à vent, ça aide à remettre les idées en place. Mais si, je vous assure; ça ne suffit pas mais comme je l’ai dit, c’est une première étape. Quand on a quelques aptitudes à écrire ou créer, on peut être dans l’état d’esprit pour avoir la lucidité de savoir si on a des choses à dire ou non. Côté lecture, j’ai constaté qu’on peut soigner sa baisse de régime ou sa tristesse par la beauté du texte, la profondeur du propos, sans qu’il y ait forcément de l’humour. Retrouver la sérénité quand on s’identifie à l’auteur qui a dû écrire en pensant à vous. C’est ce qui arrive à la lecture d’un écrit de jeunesse de Flaubert Novembre, une révélation qui permet de se sentir bien à la fin du livre. Cela s’est produit aussi avec l’éclairage de Montaigne, en hors série de Philosophie Magazine, ce mois-ci, une pensée dont l’actualité est éternelle. Et si l’intelligence d’un auteur aide parfois à se sentir moins ignorant, la sérénité que génère Montaigne dans son raisonnement peut apporter un bien-être très concret. Un apaisement rapide.

J’avoue que le sérieux peut avoir d’autres composantes et l’humour, comme on dit, c’est du sérieux. J’ai pris rendez-vous avec la légèreté tous les soirs avec des films des années 50, 60, 70 que de braves gens ont eu la bonne idée de mettre sur Youtube. S’endormir avec le sourire aux lèvres grâce aux films avec Robert Lamoureux La brune que voilà! ou Rencontre à Paris, Noël-Noël avec La fugue de Monsieur Perle, Bernard Blier avec Suivez cet homme ou Du mou dans la gâchette. C’est vrai qu’on est loin de Montaigne mais le quotidien est fait de complémentarité. Et le cocktail de tout ça fait que la vie sans perspectives réelles peut encore avoir une saveur souriante.

Il va de soi que tout ce que j’ai énuméré comme palliatifs ne concerne que les personnes qui vivent seules en ce moment. Et certains, paraît-il, ont complété ces remèdes avec des heures passées sur des sites de rencontres, comme une porte ouverte sur l’avenir. Chacun doit avoir le sentiment de choix même si c’est une illusion. Mais notre existence pour caresser l’harmonie n’est-elle pas une utopie?

En attendant de compléter ma liste de remèdes pour tenir le choc, je vais faire ma lettre au Père Noël car lui, au moins, on peut lui faire confiance.

Bon courage à tous et n’oubliez pas que le dernier livre L’Expert et Qi Shi Tsu paru aux Editions du Net, sera vraisemblablement considéré comme produit essentiel en fin d’année!

Par Thierry Rocher

Par Thierry Rocher

Thierry Rocher est un auteur, comédien, humoriste qui fait où on lui dit de ne pas faire. Vous pouvez le retrouver dans la Revue de presse des Deux Ânes sur Paris Première
D'autres Chroniques

L’homme de gauche et le gauchiste

Alors que l'actualité faisait le ping pong entre le coronavirus et les élections américaines, nous pensions qu'hormis un nouvel attentat rien ne pouvait bouleverser ce duel informatif. C'était sans...

Hibernatousse

J’étais déjà un peu déçue du couvre-feu, mais ce semi-confinement ne me satisfait pas vraiment non plus. Un goût d’inachevé, comme ces travaux d’aménagement intérieur, initiés en mars dernier. Au...

Haut les mains, peau de lapin

Tiens, moi qui vous cause hebdomadairement, des conneries, il m'est arrivé d'en dire ou d'en écrire plus souvent qu'à mon tour. Et aussi d'en lire et d'en voir. Des belles, des costaudes, des...