Neuf ans d’oubli

par | 8 Jan 2024

Il serait présomptueux de croire que seuls les ayatollahs du républicanisme – dont fait partie votre servante – ont eu une pensée, ces neuf dernières années, pour les victimes des attentats du 7 janvier. Mais sans doute furent-ils les seuls à s’alarmer du moindre coup de boutoir multiculturaliste, woke, islamiste ou identitaire. A raison. 

En neuf ans, les attentats fondamentalistes n’ont pas faibli ; les profs, dont les assassinats se multiplient, vivent dans la peur et l’impuissance ; deux tiers des jeunes voient en la laïcité un instrument de stigmatisation des musulmans ; la gauche – celle qui compte dans les urnes – flirte éhontément avec l’antisémitisme ; les identitaires des deux bords ont pignon sur rue. Liste sommaire mais déjà bien longue tant la décennie passée fut jalonnée de guerres – plus ou moins proches géographiquement –, de crises, de sang et de larmes.

Et pourtant. Quelle réplique ne fut pas livrée à ceux qui pointaient les fractures naissantes – et dorénavant durablement installées – de notre société ? Quelle justification ne fut pas trouvée aux pourfendeurs de l’universalisme ? Aux « Je suis Charlie mais » ont succédé les partisans du « pas de vague », puis les Jean Moulin de salon plus secoués par la menace groupusculaire de l’extrême droite que par la diffusion néfaste de l’idéologie religieuse. Quand les Cassandre instruites, comme le veut le mythe, n’ont pas trouvé public au moment où leurs oracles pouvaient encore être évités.

Neuf ans ont passé et tout s’est accéléré. Musclant l’argumentaire d’antimodernes primaires, donnant foi aux élucubrations des pessimistes notoires, mettant définitivement un terme à la fable des jours heureux. Peut-être l’auteur de ces lignes apparaît-elle membre du club. Elle ne l’était pas jusqu’à peu. Mais quelle leçon a-t-on retenu du 7 janvier ? Aucune. Nous le payons et le payerons cher.

Par Gaston Lécluse

Par Gaston Lécluse

Élevée en bonne petite gauchiste, Gaston Lécluse est devenue la fierté de la famille en infiltrant un journal de droite. La seconde partie du plan : épouser un lepéniste influent et continuer d’ausculter le patriotisme, le nationalisme et l’extrême droite. Même si, en vrai, c’est pour déguster des petits fours à l’Élysée quand Marine sera présidente. Pour elle, le blasphème est une religion et la prière une hérésie. Recrutée au Coq par mégarde.
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...