Ô pape, eingueculé, va!

par | 26 Sep 2023

On dit souvent qu’il n’y a pas de sots métiers, et pourtant celui de pape en est un sacré !
Vous devez prendre un pseudo à la con, vous ne pouvez pas papoter avec un confrère à la machine à café, et vous n’êtes engagé qu’après l’âge de la retraite… tout ça pour lire la messe, et laver, de temps à autre, la bite des lépreux au risque que ces malheureux ne puissent plus uriner debout. Mais bon, faut ce qu’il faut : c’est le prix à payer pour un homme pieux qui désire porter une robe de mariée toute l’année.

Le dernier en date se nomme François, et il s’est démarqué de ses prédécesseurs en choisissant de ne pas avoir de patronyme avec des chiffres romains. 
Bon, jusque-là, tout le monde s’en fiche me direz-vous. Eh bien non car, voyez-vous, un pape a toujours tendance à ouvrir sa gueule à propos de sujets qui ne le concernent en rien. Après avoir justifié l’attentat contre Charlie Hebdo en expliquant qu’on peut « s’attendre à recevoir un coup de poing » si on provoque ou insulte « la foi des autres », voilà que Monsieur-tout-blanc a eu l’occasion de faire son show dans le stade Vélodrome qui réserve habituellement sa pelouse aux défaites de l’Olympique de Marseille.

De nombreux médias et certains politiques, dont notre président, ont trouvé le moyen de lécher cette vielle mitre dans le sens du goupillon. Même les Mitch Buchannon du cœur de SOS Méditerranée ont cru bon de venir s’agenouiller devant le papounet François pour lui offrir un gilet de sauvetage floqué de leur logo, en précisant qu’il était « le seul chef d’État à avoir pris des positions aussi fortes » sur le sort des migrants en mer. La bonne blague !
Le président de la République des Fidji pourrait aussi donner son avis, et peut-être même le donne-t-il mais ça ne le concerne en rien.

Le pape, lui qui rechigne à donner un euro aux victimes de pédophile au sein de l’Eglise, et qui est à la tête d’un « état » richissime de vieux messieurs, fait-il des dons dignes de crésus aux ONG qui viennent en aide aux migrants ? Propose-t-il d’accueillir et de protéger des migrants ? Bref, si ce n’est sa « bonne parole » qui ne coûte pas un rond, est-ce que le proprio du Vatican bouge son cul flétri autrement que pour faire son prêchi-prêcha grassement rémunéré ?
Si encore il s’amusait à excommunier les dirigeants qui favorisent la noyade dans la grande Bleue, on se dirait que certes c’est du vent mais qu’au moins il essaye de le brasser le plus fort possible ; mais rien de tout ça ! Le pape n’est pas un humaniste ou un type que se soucie de la dignité humaine sinon il ne permettrait pas, par exemple, que l’on emprisonne des femmes qui font une fausse couche (comme au Salvador) sous prétexte que l’IVG constituerait un crime contre Jésus comme sa Sainteté de mes deux le pense.

Le pape est un furoncle, et on ne devrait l’inviter, comme cela se fait pour un arbitre lors d’un match de foot, uniquement d’aller à sa place : aux chiottes.

Par Anthony Casanova

Par Anthony Casanova

Anthony Casanova est le directeur de publication et le rédacteur en chef du journal satirique Le Coq des Bruyères.
D'autres Chroniques

Echec et mat au coup de poker

Pour une fois que les élections européennes avaient l’air d’intéresser les Français, Macron a réussi à faire en sorte qu’on n’en parle plus. Peu importe comment on analyse la stratégie du chef de...

Vive l’automobile !

Retour sur la question de l’automobile présentée fin mai à la Revue de presse de Paris Première (chronique presque intégrale) Avant les prochains départs en vacances, j’ai voulu faire le point sur...

Guillaume Meurice ou le cas d’école

Guillaume Meurice ou le cas d’école

C’est l'histoire médiatique qui dure depuis 6 mois : un humoriste d’une radio publique fait une blague dans une émission humoristique. La blague est douteuse, dans le sens où il y a un doute sur son...